Cameroun: enquête ouverte après le décès polémique d'un patient à l'hôpital de Yaoundé

·2 min de lecture

Une enquête a été ouverte au Cameroun, après le décès d'une jeune homme de 22 ans à l'hôpital central de Yaoundé. La famille accuse l'équipe médicale d'actes malveillants et de mutilations. L'affaire a pris une telle ampleur sur les réseaux sociaux que le ministre de la Santé s'est rendu au domicile de la famille et à l'hôpital pour assurer que la lumière serait faite sur ce décès.

Le 10 septembre, Hilaire Ayissi Mengue arrive à l'hôpital central de Yaoundé, blessé par un coup de couteau dans le bas du dos. Après examen, la plaie est suturée.

Selon le directeur de l'hôpital, au lieu de rester en observation pendant 48h, le jeune homme décide de repartir avec sa mère. Quatre jours plus tard, quand il revient, il souffre d'une infection abdominale. D'après le docteur Fouda, le couteau a endommagé une partie du gros intestin et des premiers symptômes de gangrène apparaissent.

Plusieurs interventions sont menées pour tenter de le sauver. Des drains sont posés, les tissus nécrosés, retirés. Mais l'infection l'emporte le 19 septembre.

Scandale sur les réseaux sociaux

Lors de la levée du corps, la famille en colère porte le cercueil devant le bureau du directeur accusant l'hôpital d'avoir mutilé le jeune homme pour prélever ses organes. Des images circulent. Les réseaux sociaux s'emparent de l'affaire.

Et mercredi 29 septembre, le ministre de la Santé se déplace auprès de la famille. Il présente les condoléances du gouvernement et instruit une enquête. Toutefois, sur Twitter, il ajoute que les agressions sur le personnel de santé sont inacceptables, car des de voies de recours existent.

Le directeur de l'hôpital, lui, se dit scandalisé « on tente de sauver un patient et on nous accuse d'avoir prélevé ses organes ». Vendredi 1er octobre en fin d'après-midi, une autopsie devait être menée par trois médecins légistes dont on attend les conclusions.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles