Cameroun: la crise sécuritaire dans le Nord-Ouest complique la vie administrative

Se marier civilement, enregistrer une naissance ou un décès est devenu très compliqué dans la région du Nord-Ouest, au Cameroun. Cibles des séparatistes, les bâtiments publics ont été désertés dans les zones à risque. Les services municipaux se sont réfugiés à Bamenda, la capitale régionale. Pour faire une démarche d'état civil, les habitants des zones rurales et des petites villes n'ont pas d'autre choix que de se déplacer, avec toutes les difficultés et risques que cela comporte.

« Ça a été un voyage très stressant pour arriver ici à Bamenda », raconte une jeune femme. Pour se marier civilement, elle a dû parcourir 55 kilomètres sur un tronçon de route dangereux et en mauvais état. « On n'a pas pu faire venir notre famille car nous n'avons pas d'argent. On a passé trois nuits ici, il faut acheter la nourriture, payer l'hôtel. Il y a beaucoup de gens au village qui n'ont même pas les moyens de venir ici comme nous. »

Ce père est venu avec son fils. À 18 ans, il a besoin d'un acte de naissance pour passer ses examens : « Je suis ici depuis deux jours. À Batibo, le conseil municipal est fermé. Le maire m'a dit de venir ici à Bamenda. Je ne connais personne. J'ai dû payer 20 000 francs CFA pour l'hôtel. Mais je n'ai toujours pas vu le maire et je dois repartir sans le document, c'est terrible. »

« Les services publics sont attaqués par nos propres frères »

Les usagers sont parfois redirigés vers des ONG pour les aider dans leurs démarches.


Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles