Cameroun anglophone: au moins six enseignants enlevés à Kumbo

·2 min de lecture

Au moins six professeurs ont été enlevés dans la matinée du mardi 3 novembre dans une école presbytérienne de Kumbo, dans la région du nord-ouest anglophone. Selon des sources concordantes jointes par RFI, les assaillants non identifiés étaient lourdement armés.

Selon le témoignage de syndicats d'enseignants, c'est vers 10h mardi que des hommes armés ont pénétré dans l'enceinte de l'école primaire presbyterienne de Kumbo. Ils ont rassemblé plusieurs dizaines d'élèves de 4 à 12 ans, ainsi que l'ensemble des professeurs de l'école, selon des sources proches des religieux, et ce afin de les emmener dans un lieu indéterminé et d'entamer des négociations en échange de leur libération.

Mais la société civile de Kumbo et l'Église presbyterienne du Cameroun se sont mobilisées rapidement et ont obtenu, dans des conditions encore inconnues, la libération des écoliers. Selon nos informations, c'est bien les enseignants qui étaient visés. D'après les médias locaux, les ravisseurs auraient intimé aux enfants l'ordre de ne plus retourner à l'école.

► À lire aussi : «Plus jamais ça»: une semaine après le massacre de Kumba, la marche des femmes

Les enlèvements se multiplient au Cameroun anglophone depuis 2017

Les enseignants sont, eux, toujours retenus prisonniers. Les ravisseurs demandent une rançon. Les autorités locales et régionales étaient durant tout l'après-midi en réunion de crise, mais n'ont pas encore fait de déclarations.

Cet enlèvement intervient une semaine après l'attaque d'une école du sud-ouest au cours de laquelle huit élèves ont trouvé la mort. Les kidnappings sont de plus en plus fréquents dans les deux régions anglophones du Cameroun, théâtre depuis 2017 d’un conflit entre forces de sécurité et miliciens séparatistes.

► À lire aussi : Meurtres d'enfants à Kumba: le président Biya critiqué pour sa réaction tardive