Cameroun: un 1er-Octobre confiné dans les régions à majorité anglophone

·1 min de lecture

Ce vendredi 1er octobre est la date anniversaire de la naissance de la République fédérale du Cameroun. C'est également la date choisie en 2017 par les séparatistes de l'Ouest pour proclamer l'indépendance de l'Ambazonie, entité non reconnue par les autorités. Dans les régions à majorité anglophones du Sud-Ouest et du Nord-Ouest, une journée que beaucoup d'habitants vivent dans l'appréhension alors que le conflit dans ces régions dure depuis cinq ans.

Que ce soit à Buea ou à Tiko dans la région du Sud-Ouest ou à Bamenda, Bafut ou encore Mbengwi dans le Nord-Ouest, tous les habitants contactés ce 1er octobre décrivent la même atmosphère : des rues vides, des commerces fermés, des patrouilles de forces de sécurité dans certaines localités, et personne ou presque dehors. Les gens restent chez eux.

« Nous avons peur », explique une habitante. « Personne ne veut prendre le risque de se faire tirer dessus », ajoute un autre.

« Nous prions et attendons seulement que la journée passe »

Cela fait trois semaines qu'une faction séparatiste a décrété un confinement dans les régions à majorité anglophone pour dénoncer, « les mensonges » des autorités camerounaises auprès de la communauté internationale quant à la situation dans l'Ouest.

Ce confinement est plus ou moins suivi ces derniers jours en fonction des villes, mais il est respecté à la lettre aujourd'hui. « Nous prions et attendons seulement que la journée passe », résume une habitante espérant que le lendemain, le retour à la normale sera possible.

Dans leur communiqué, les séparatistes déclarent que pour le 2 octobre, l'arrêt ou la prolongation de confinement sera évalué. Le conflit dans les régions à majorité anglophone du Cameroun dure depuis fin 2016, cinq ans. Il a fait selon l'ONU plus de 3 500 morts et 700 000 déplacés.

►À lire aussi : Au Cameroun, la nouvelle stratégie des séparatistes

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles