Camélia Jordana, Vitaa et Amel Bent reprennent "Marine" de Diam's

Valentin Etancelin
·Journaliste, Le HuffPost
·1 min de lecture
Camélia Jordana, Vitaa et Amel Bent sur la couverture de leur reprise de "Marine". (Photo: Instagram @cameliajordana)
Camélia Jordana, Vitaa et Amel Bent sur la couverture de leur reprise de "Marine". (Photo: Instagram @cameliajordana)

MUSIQUE - C’est la surprise musicale de la semaine. Ce vendredi 2 avril, les chanteuses Camélia Jordana, Amel Bent et Vitaa ont dévoilé leur reprise inattendue d’un des morceaux les plus emblématiques de la rappeuse Diam’s, “Marine”.

La chanson, initialement sortie en 2006, a longtemps été perçue comme l’hymne de l’opposition à la montée de Marine Le Pen. Ici, le trio lui offre une nouvelle lecture, sur des rythmes proches de la soul et du R&B, comme vous pouvez l’entendre dans la video ci-dessous.

“Ma haine est immense quand je pense à ton père. Il prône la guerre quand nous voulons la paix, chantent en choeur les trois femmes. Moi j’emmerde… J’emmerde… J’emmerde qui? Moi j’emmerde. J’emmerde, j’emmerde qui?”

Comme le souligne LCI, en reprenant ce titre, Amel Bent, Camélia Jordana et Vitaa s’ajoutent à la longue liste des artistes ayant exprimé leur opposition au Front National, aujourd’hui le Rassemblement National, comme Bérurier Noir, Zebda, Noir Désir, Yannick Noah et Damien Saez.

La reprise de “Marine” est le premier single d’un album à trois voix à venir prochainement. Intitulé “Sorore”, une référence à la solidarité entre femmes, il doit paraître le 6 juin. Plusieurs morceaux des trois chanteuses, comme “Moi c’est” de Camélia Jordana, “Ne retiens pas tes larmes” d’Amel Bent et “Ma soeur” de Vitaa, devraient aussi être revisités.

À voir également sur Le HuffPost: Camélia Jordana dénonce les violences policières à “ONPC”

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

LIRE AUSSI...

Diam's sort du silence et revient sur sa conversion à l'islam

Pourquoi le rap féminin est en retard en France

Cet article a été initialement publié sur Le HuffPost et a été actualisé.