Cambriolage chez Bernard Tapie: le maire de Combs-la-Ville évoque un "couple choqué mais solide"

Robin Verner
·2 min de lecture

Le couple formé par Bernard et Dominique Tapie a été agressé, ligoté et cambriolé à son domicile de Combs-la-Ville en Seine-et-Marne dans la nuit de samedi à dimanche. Le parquet de Melun a ouvert une enquête.

"Ce qu'ils ont vécu, ça n'a pas de nom." Le maire de Combs-la-Ville, où Bernard Tapie et son épouse Dominique ont leur maison de campagne et où ils ont été agressés, ligotés et cambriolés dans la nuit de samedi à ce dimanche, a pris la parole devant la presse dans la matinée. Il s'était auparavant entretenu avec le couple. Si Bernard Tapie n'a pas voulu s'exprimer publiquement après le cambriolage, il a assuré à BFMTV aller "très bien".

Aucune interpellation n'a pour l'heure été réalisée mais on sait que ce sont quatre hommes qui se sont introduits par effraction au domicile des Tapie, y dérobant des bijoux après avoir violenté le couple. Le parquet de Melun a ouvert une enquête pour vol avec violences.

"D'une extrême violence" 

Guy Geoffroy, maire de Combs-la-Ville, a souligné "l'extrême violence" des faits. "Ils les ont frappés, ligotés", a-t-il rappelé. Bernard Tapie et Dominique Tapie ont tous deux été molestés mais seule l'épouse a été transportée à l'hôpital - elle a regagné sa maison depuis -, son mari ayant refusé d'être admis.

L'élu a fait le point: "Elle a été tirée par les cheveux. (...) Elle a été hospitalisée parce qu’elle a pris beaucoup de coups, elle en porte les traces. Mais elle est rentrée. Lui n’a pas voulu aller à l’hôpital car il en a un peu marre." Bernard Tapie souffre en effet d'un cancer de l'estomac et de l'œsophage depuis 2017.

"C'est un choc moral et émotionnel considérable" 

"Je ne suis resté qu’un quart d’heure à discuter avec lui, je ne voulais pas le fatiguer", a d'ailleurs illustré le maire. "Ils ne sont pas bien", a-t-il dit, ajoutant cependant aussitôt: "Ils sont en état de choc, lui est scandalisé mais ils sont solides les Tapie. Ils sont debout, ils font face". "C’est un choc moral, émotionnel considérable", a-t-il posé. 

Le maire a évoqué les motivations de ces violences: les cambrioleurs "pensaient trouver un trésor et je pense que les violences ont été d'autant plus importantes qu'il n'y avait globalement pas grand-chose à prendre".

Article original publié sur BFMTV.com

Ce contenu peut également vous intéresser :