Cambodge: des élections locales en forme de test pour l’opposition

Depuis tôt ce dimanche matin s'est ouvert le vote pour les élections communales au Cambodge. Neuf millions d’électeurs sont attendus dans les urnes pour élire leur chef de commune. Le Parti du peuple cambodgien, au pouvoir depuis 1979 et présidé par le Premier ministre Hun Sen, a de fortes chances de dominer le scrutin cette fois encore. Mais il s'agit d'un test pour l'opposition.

Avec notre correspondante à Phnom Penh, Juliette Buchez

La quête de légitimité d’une opposition viable est aujourd’hui au cœur des enjeux du scrutin. Le « Parti de la bougie » est le seul à pouvoir véritablement rivaliser avec le parti au pouvoir dans cette élection. Une première depuis la dissolution du Parti du sauvetage national du Cambodge (PSNC), principal parti d’opposition en 2017. Une dissolution très critiquée quelques mois après les dernières élections communales et peu avant les législatives de 2018.

Le parti de l’indéboulonnable Premier ministre Hun Sen, au pouvoir depuis 37 ans, gouverne le Cambodge sans conteste depuis. Tant au niveau local que national. La totalité des sièges de l’Assemblée nationale est aujourd’hui détenue par le Parti du peuple cambodgien présidé par le Premier ministre. Et seule une commune échappe à son contrôle.

Le PCC, critiqué pour son exercice sans partage du pouvoir

►À lire aussi : Cambodge: la déforestation illégale met en danger les peuples indigènes


Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles