Camélia Jordana : "C'est parce que j'aime mon pays que j'ai envie de le voir évoluer dans le bon sens"

·1 min de lecture

"Avant de parler, moi j'attends/Je sais bien quand me taire/On m'a appris ça y a longtemps." Ces sages paroles clamées par Camélia Jordana dans son nouvel album ne manqueront pas d'interpeller les détracteurs de la chanteuse, connue pour sa langue bien pendue plutôt que pour sa retenue. Ses propos incendiaires sur la police sur le plateau d'On n'est pas couché, en mai, avaient fait jaser. La semaine dernière, les réseaux sociaux se sont encore affolés après sa sortie, dans L'Obs, sur "l'homme blanc responsable, dans l'inconscient collectif, de tous les maux de la terre", reprenant la doxa décoloniale.

"Dans deux jours, on n'en parlera plus et on passera à une autre polémique", soupire Camélia Jordana, fataliste et "amusée" d'avoir eu les honneurs dans la même journée des commentaires courroucés de Marianne et de Valeurs actuelles. Si la jeune femme de 28 ans aime le débat, elle est avant tout une artiste accomplie, qu'on a surtout vue au cinéma ces dernières années. Son rôle d'amoureuse bouleversante dans Les Choses qu'on dit, les choses qu'on fait, d'Emmanuel Mouret, devrait lui valoir bientôt une nomination au césar de la meilleure actrice. Mais son actualité brûlante, c'est son retour gagnant à la musique avec un remarquable double album dont les chansons survivront à bien des polémiques.

Facile/Fragile est un album nettement plus accessible que le précédent. Une façon de renouer avec le grand public?
Je voulais prendre le contre-pied de Lost, qui était assez conceptuel e...


Lire la suite sur LeJDD