Calypso Rose, Souad Massi et Melissa Laveaux: la «world music» au féminin

Moreaux, Agathe
Souad Massi honore le chaabi qu’elle mêle au folk. / Simon Dubois/Fastimage/Simon Dubois/Fastimage

Les trois artistes seront en concert cette semaine à Paris. Elles partagent le goût de leur patrimoine ou simplement la volonté de faire vivre leur héritage musical.

Derrière la dénomination «musiques du monde», on regroupe des musiciens aux origines et aux profils très différents englobant aussi bien la musique africaine dans son ensemble, du nord au sud, que la musique latine ou encore les musiques créoles… Souad Massi, Melissa Laveaux et Calypso Rose sont ainsi classifiées. Et en dehors du fait d’appartenir à ce genre musical mal défini, ces trois femmes ont bien des choses en commun. Électron libre chacune dans leur domaine, elles ne cessent de repousser les limites.

● Calypso Rose, la matriarche des Antilles

À presque 80 ans, la musicienne née dans l’archipel de Trinité-et-Tobago est une véritable célébrité des Antilles. Elle a grandement participé à faire vivre un style issu des origines riches et diverses des îles: le calypso, associé à la fête et au paganisme. Pourtant en Europe, on tarde à la découvrir. Et c’est seulement en 2016 avec Far from Home produit par Manu Chao qu’elle est révélée, au point d’enchaîner avec une tournée internationale qui la mène en mai dernier à Coachella. En France, elle est adoubée en 2017 par le fameux prix «Musiques du monde» aux Victoires de la musique. Continuant sa collaboration avec le pape de la «musique World» Mister Chao, elle enregistre en mai dernier encore une nouvelle version du hit de 1998 Clandestino. À la manière de la doyenne cubaine Omara Portuondo qui effectue cette année à 88 ans sa dernière tournée, on lui souhaite de continuer à distiller son calypso encore au moins une décennie.

Calypso Rose à l’Olympia, 28, bd des capucines (IXe ). Tél.: 08 92 68 33 68. Le 9 oct. à 20 h. De 35 à 55 €.

» LIRE AUSSI - Calypso Rose, reine de l’été

● Melissa Laveaux, la guerrière haïtienne

Originaire d’Haïti, élevée au Canada et vivant à Paris, elle est l’image même de la musicienne sans frontières. La musicienne pop folk a (...) Lire la suite sur Figaro.fr

Barrie Masters, chanteur de Eddie and the Hot Rods, meurt à 63 ans 
Le rappeur Samat abattu d’une balle dans la tête à Garges-lès-Gonesse 
Mika, plus vrai que nature 
Inscrivez-vous à la newsletter du Figaro