Pour le "calvaire" de Yanis, son beau-père condamné à 25 ans de réclusion criminelle

·1 min de lecture

Pour le "calvaire" infligé à Yanis, mort à cinq ans par une "triste nuit d'hiver" en 2017 lors d'une punition, son beau-père a été condamné vendredi à 25 ans de réclusion criminelle, la mère écopant de quatre ans de prison dont deux avec sursis. Julien Masson, 34 ans, est resté impassible à l'énoncé du verdict le reconnaissant coupable du meurtre de l'enfant ainsi que de violences régulières à son encontre. Sa peine a été assortie de cinq ans de suivi socio-judiciaire avec injonction de soins. 

"C’est une décision que nous respectons évidemment" mais "qui ne correspond pas selon nous aux faits", a réagi un de ses avocats, Me Gabriel Duménil. "Notre client réfléchira à l’opportunité de former un appel", a-t-il ajouté. "Il avait témoigné d’un amour profond pour ce gamin et je pense qu’il y a quelque part une forme d’injustice", a aussi estimé pour sa défense Me Stéphane Daquo. 

Sa mère coupable de "non empêchement du crime"

La mère, Emilie Inglard, 26 ans, reconnue coupable de non empêchement de crime, sera placée pendant trois ans sous un régime de sursis probatoire. Son avocate, Me Fleur Bridoux, l'a dite "soulagée" par le verdict. Pour la nuit du meurtre, du 5 au 6 février, cette femme décrite comme passive et dépendante de son compagnon "a reconnu sa responsabilité" et "elle accepte la peine". Sans mandat de dépôt, elle va pouvoir "essayer de se reconstruire". 

"Je veux m’excuser, (...) Pardon pour tous ceux qui ont connu Yanis", a lancé Julien Masson, en larmes, avant que l...


Lire la suite sur Europe1