Le calvaire d'Abigail, 15 ans, qui ne peut ni pleurer, ni se doucher, ni boire de l'eau à cause d'une terrible maladie

Close up view of large shower head sprinkling water with black tiles in the background. (percds via Getty Images)

Victime d’un urticaire aquagénique, une adolescente de 15 ans prétend qu’elle ne peut ni pleurer ni se doucher régulièrement car l’eau est devenu son ennemi numéro 1. Elle vit un véritable cauchemar.

La vie d’Abigail Beck, une adolescente américaine de 15 ans, ne ressemble pas à celle des autres jeunes femmes de son âge. Victime d’un urticaire aquagénique, elle prétend qu’elle ne peut ni pleurer ni se doucher régulièrement car l’eau est devenu son ennemi numéro 1. Le liquide lui provoque des éruptions cutanées très douloureuses. Elle a notamment expliqué qu’elle n’avait pas bu un verre d’eau depuis un an. Pour pouvoir s’hydrater malgré tout, elle s’est tournée vers les boissons énergisantes et les jus de grenade qui ont une faible teneur en eau. Les médecins ont été forcés de lui donner des pilules de réhydratation et envisagent les intraveineuses régulières si son état ne s'améliore pas. Une histoire à peine croyable, relayée par le Daily Mail, et pourtant bien réelle.

La jeune femme a commencé à ressentir les premiers symptômes en 2019 à l’âge de 13 ans, au moment de sa puberté. "Il a fallu beaucoup de temps pour être diagnostiquée. Quand il pleuvait, ça faisait très mal, c'était comme de l’acide. Je pensais que c’était normal", a-t-elle raconté, précisant que ces réactions s’étaient fortement aggravées avec le temps. "Aujourd’hui, je pleure comme une personne normale et ça fait mal. Mon visage devient rouge et brûle très fort".

VIDÉO - Carnet de Santé - Dr Christian Recchia : "Les allergies provoquent des signes identiques au Covid, donc il faut vous tester"

La maladie a pris le dessus sur sa vie

Selon les médecins, la cause de cette maladie n’est pas claire en raison de son extrême rareté mais pourrait bien s’expliquer par la présence d’une substance dans l’eau qui déclencherait une réponse immunitaire. Les statistiques révèlent que la plupart des cas surviennent au hasard chez les patients sans antécédents familiaux. Pour le moment, aucun traitement n’existe pour l'éradiquer mais certaines thérapies et médicaments peuvent atténuer les douleurs comme les antihistaminiques, la lumière UV, les stéroïdes, certaines crèmes ou encore les bains de bicarbonate de sodium.

Malheureusement, cette maladie, qui toucherait une personne sur 200 millions, a pris le dessus sur sa vie. "Je dois vérifier les étiquettes mais tout dans ce monde contient de l’eau", a-t-elle regretté tout en exprimant sa peur en l’avenir. "Je crains que personne ne sache quoi faire, y compris moi-même, si cela devient un jour incontrôlable". Si elle tente de garder le moral tant bien que mal, la jeune femme a également regretté le manque d’information à ce sujet. "Quand je dis aux gens que je suis allergique à l'eau, ils pensent que c'est absolument ridicule et beaucoup sont choqués. Ils soulignent toujours que nos corps sont constitués d’eau".

VIDÉO - Carnet de Santé - Dr Christian Recchia : "Les allergies provoquent des signes identiques au Covid, donc il faut vous tester"

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles