Calvados : un maire violemment agressé lors d’un rodéo urbain

·1 min de lecture
Alors qu’il tentait de mettre fin à un rodéo urbain, le maire du Faulq a été frappé par un groupe d’une trentaine de personnes.
Alors qu’il tentait de mettre fin à un rodéo urbain, le maire du Faulq a été frappé par un groupe d’une trentaine de personnes.

Après-midi agité dans la petite commune du Faulq (Calvados). Samedi 23 octobre en milieu d?après-midi, rapporte Ouest-France, le repos des quelque 340 habitants du village normand a soudainement été troublé par l?arrivée d?une cinquantaine de jeunes au guidon de motos ou de scooters. À l?occasion d?un rodéo urbain, les perturbateurs ont alors procédé au blocage de l?un des axes de circulation du Faulq. Alerté, Bruno Lethuillier, maire de la commune, s?est immédiatement rendu sur place pour exiger des délinquants qu?ils libèrent les lieux.

À LIRE AUSSI Le plan de Gérald Darmanin contre les rodéos urbains

Un coup de matraque

« C?était dangereux. Je suis allé les voir pour leur demander d?arrêter », a plus tard expliqué l?édile à la presse. Un danger pour le moins sous-estimé, s?apprête-t-il pourtant à découvrir. Sur le chemin de son domicile, après sa première intervention, Bruno Lethuillier a croisé une partie des motards interrompus. L?élu est alors descendu de son véhicule. « Je voulais aller parler à l?un d?entre eux », a-t-il détaillé. Face à lui, « entre 30 et 40 personnes ». C?est au cours de cette discussion que, soudainement, Bruno Lethuillier a reçu un violent coup, selon lui « avec une batte [de baseball] ». Contactée, la gendarmerie évoque plutôt une matraque. Blessé, l?édile n?a cependant pas eu besoin d?être hospitalisé. Il va tout de même porter plainte et une enquête a été ouverte.

À LIRE AUSSIRodéos urbains : deux députés demandent le déploiement de drones

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles