Calogero en deuil : mort d'Alana Filippi, auteure de Face à la mer et En apesanteur

En 2002, la carrière de Calogero décollait grâce à la chanson En apesanteur. Un ascenseur, un refrain entêtant, le tout avait largement séduit le public français. Derrière ces paroles se trouvait une plume, celle d’Alana Filippi. L’auteure, à l’origine de bien d’autres tubes de la variété française, s’est éteinte dans la nuit du 10 au 11 janvier. La triste nouvelle a été annoncée par Calogero sur son compte Instagram, ce week-end. « Alana Filippi est partie dans la nuit... C’est avec ses mots que je suis venu jusqu’à vous. Je les chanterai toujours. Fais un beau voyage Alana, je t’aime », a-t-il écrit en légende d’une photo en noir et blanc, sur laquelle il pose avec la parolière – récompensée par la Sacem en 2005 par le prix Vincent Scotto.

Alana Filippi avait collaboré avec Jenifer et Grégory Lemarchal

Deux ans après En apesanteur, Alana Filippi avait de nouveau collaboré avec le papa de Nina et Romy. Elle lui a offert le tube Face à la mer, qu’il a partagé avec le rappeur Passi. Calogero n’est pas le seul à chanter les mots de l’auteure sur scène. Alana Filippi était aussi derrière plusieurs chansons de Jenifer dont son premier succès : J’attends l’amour – vendu à plus de 400 000 exemplaires. Elle avait également imaginé des refrains pour Maurane, Nastasha St-Pier mais aussi Grégory Lemarchal. Elle lui avait écrit le titre Je suis en vie, deuxième extrait de son album Je deviens moi. Cette femme de l’ombre restera à tout jamais dans la lumière, grâce à ses textes que les fans

Retrouvez cet article sur Voici

VIDEO Mariés au premier regard : la réaction émouvante de Delphine en apprenant que son mari est déjà papa
VIDEO Mariés au premier regard : un candidat abandonne brutalement pour une raison tragique
Omar Sy : la bande-annonce de son prochain film ravit les internautes !
Selena Gomez et Hailey Bieber : mais que faisaient-elles dans le même restaurant sans Justin Bieber ?
Prince Harry et Meghan Markle : Justin Trudeau propose de payer leurs frais de sécurité