Les Californiens sommés de ne pas recharger leurs voitures électriques à cause de la chaleur

SOPA Images/SIPA

Le service météorologique américain (NWS) a publié une alerte "chaleur excessive" pour la majorité de la Californie, ainsi que dans certaines parties de l'Arizona et du Nevada.

Les Californiens ont été sommés de ne pas charger leurs voitures électriques mercredi, afin de ne pas accabler davantage un réseau d'électricité vieillissant, mis sous tension par une redoutable vague de chaleur. La semaine dernière, l'Etat avait annoncé bannir la vente de voitures neuves à essence à partir de 2035.

Des températures atteignant 44 degrés étaient attendues dans la banlieue de Los Angeles, au moment où un dôme de chaleur surplombe l'Ouest américain. La météo étouffante devrait mettre sous pression un réseau électrique déjà très sollicité, notamment pendant les heures les plus chaudes, quand les systèmes de climatisation - incontournables aux Etats-Unis - fonctionnent à plein régime.

"Les consommateurs sont priés de réduire leur utilisation d'énergie entre 16H et 21H, quand le système est le plus sous tension, car la demande reste élevée et qu'il y a moins d'énergie solaire disponible", a déclaré l'American Public Power Association, organisme qui représente les services publics.

Les trois principales mesures recommandées: régler le thermostat à 25°C ou plus, éviter d'utiliser les gros appareils et de charger les véhicules électriques, et éteindre les lumières inutiles, a précisé l'organisme.

L'électricité est un sujet sensible pour l'Etat, dont les infrastructures sont vétustes.

Les entreprises d'électricité demandent régulièrement aux foyers de limiter leur consommation pendant certaines heures, quand les panneaux solaires cessent de produire de l'électricité alors que la demande reste élevée, en raison de la chaleur.

Mais l'appel à ne pas charger sa voiture électrique a été largement moqué sur les réseaux sociaux, au moment où l'Etat met en avant ce type de véhicules.

"La Californie vient de rendre(...)


Lire la suite sur Paris Match