En Californie, la tactique de la résistance étatique

Libération.fr

En s’apprêtant à interdire à ses forces de l’ordre de coopérer avec les agents fédéraux de l’immigration, l’Etat devient le fer de lance de l’opposition à Trump.

En début de semaine, Kevin de León est sorti du Sénat californien avec sa mine des mauvais jours. Son texte de loi censé lutter contre les mesures anti-immigration de Donald Trump, baptisé California Values Act, venait d’être vivement discuté au Capitole de Sacramento, la capitale de l’Etat. Dans le cadre d’une audition intense, des témoins s’y sont empoignés, brandissant ici la menace «d’une invasion d’étrangers», jouant là sur l’émotion avec le récit d’une détention à Noël, «la peur au ventre d’être expulsé».

Ce texte, qui ferait de la Californie un Etat sanctuaire en interdisant notamment aux forces de l’ordre locales de collaborer avec les agents de l’immigration fédérale (ICE), devrait être voté dans le mois qui vient. En le présentant, le chef démocrate de la Chambre haute californienne est devenu l’un des chefs de file de la résistance anti-Trump. Car à Washington, où la délégation démocrate californienne est la plus nombreuse avec ses deux sénatrices et ses 38 députés, la résistance s’annonce très compliquée, même si les démocrates ont promis de montrer les crocs, notamment face à la proposition de budget de Trump, qui s’attaque avec une rare violence aux pauvres, aux solidarités, aux étrangers. «Nous n’avons pas le Sénat, nous n’avons pas l’Assemblée, nous n’avons pas la Maison Blanche… Il va falloir se battre», a ainsi rappelé la nouvelle sénatrice Kamala Harris.

«Rafle». Avec ses mesures anti-immigration qui viennent de se heurter, une fois de plus, à la décision d’un juge fédéral, «le président a confirmé nos pires cauchemars», dit Kevin de León, issu des quartiers Est de Los Angeles. Conscient des peurs face aux questions de criminalité, il recentre le débat sur l’économie. A ses yeux, Trump «ne va pas se concentrer sur les criminels comme il l’a promis durant sa campagne. Au lieu de ça, sa (...) Lire la suite sur Liberation.fr

«Notre lutte ne sera pas un sprint, mais un marathon»
Les anciens avocats d’Obama à la manœuvre
«Indivisible», manuel anti-Trump
Environnement : le fossile et le marteau
«Notre lutte ne sera pas un sprint, mais un marathon»

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages