DOCUMENT FRANCEINFO. "Ils sont encore nombreux mais ils ne combattent plus, ils attendent" : on a assisté à la reddition des derniers jihadistes de Baghouz, en Syrie

Aurélien Colly
L'envoyé spécial de franceinfo à Baghouz (Syrie) a assisté à la reddition de jihadistes, mardi 12 mars. Epuisés, souvent blessés, ils sont interrogés par les Forces démocratiques syriennes et les forces spéciales américaines.

La chute du dernier bastion de l'organisation terroriste État islamique, à Baghouz (Syrie), est imminente. Le service de presse des Forces démocratiques syriennes (FDS), qui encadre assez strictement les journalistes présents sur place, n'a de cesse de le répéter. La fin est annoncée depuis des jours, mais il est difficile de savoir précisément ce qu'il en est.

C'est pourquoi le spectacle découvert par hasard, mardi 12 mars, par l'envoyé spécial de franceinfo, au détour d'une dune, est particulièrement surprenant : une cinquantaine d'hommes dans un état déplorable, certains quasiment morts allongés sur des brancards improvisés avec des palettes de bois, d'autres en béquilles, jambes bandées et ensanglantées, parfois la mâchoire fracturée ou les yeux arrachés. D'autres encore se déplacent poche de sang à la main, l'air hagard. Tous semblent sales, blessés, affamés et épuisés. Ces jihadistes viennent de se rendre, mardi 12 mars, avant que la nuit tombe. Ils sont surveillés de près par les membres d'une unité des forces spéciales kurdes.


C'est là la reddition discrète de Daech, dans les dunes du désert syrien, après des semaines de frappes aériennes de harcèlement des troupes arabo-kurdes au sol : un "califat de gueules cassées". Dans ce groupe, mardi soir, il y a des Syriens, des Tunisiens, des Turcs, (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi