"Pas de calendrier" : Bruno le Maire moins optimiste que le Président sur la réouverture des bars

·1 min de lecture

Alors qu’Emmanuel Macron avait laissé entrevoir une possible réouverture des bars et restaurants dans son discours du 31 mars, Bruno Le Maire s’est montré beaucoup plus prudent, mercredi 14 avril, au micro de Jean-Jacques Bourdin, sur BFMTV.

Boire un café ou un verre de vin au soleil, attablés à une terrasse ? Les Français en rêvent. Ils l’espéraient aussi, pour le 15 mai. C’était avant que Bruno Le Maire ne vienne leur infliger une douche froide, ce mercredi 14 avril. Au micro de Jean-Jacques Bourdin sur BFMTV, le ministre de l’Économie a déclaré : " Je ne donnerai pas de calendrier. " Selon lui, il faut " regarder les différentes activités. Ce n’est pas la même chose un restaurant en terrasse ou un restaurant en salle ". Le but est que " la réouverture soit réussie ".Ces quelques phrases fermement affirmées contredisent l’hypothèse esquissée par le président de la République, lors de son allocution du 31 mars. Emmanuel Macron évoquait alors " les efforts d’avril " et " le déploiement de la vaccination " qui constituent une " tenaille qui va nous permettre, à partir de la mi-mai, de commercer à rouvrir le pays ". Il appelait à " retrouver cette culture qui nous a tant manqué [...] à retrouver cet art de vire à la française que sont les restaurants, les cafés, que nous aimons tant ".Moins prudent que son ministre, le chef de l'État dessinait un calendrier assez précis pour la sortie de crise. Nous allions " bâtir entre la mi-mai et le début de l’été un calendrier de...

Lire la suite sur Marianne

A lire aussi

Motion de défiance contre la direction de 20 Minutes : "On va droit dans le mur"

20 départements sous "surveillance renforcée", pas de mesures immédiates : les annonces de Castex

"Un pull à 20 euros, c’est ce que je mange en une semaine" : ce que coûte le Covid aux Français

"Je ne supporte plus les écrans, je veux rencontrer les gens en vrai" : c'est quoi, avoir 20 ans, en 2020 ?

La racialisation de la question sociale, une impasse : rendez-vous le 20 septembre place de la République