Calculez combien de civilisations extraterrestres intelligentes peuplent la Voie lactée

Nathalie Mayer, Journaliste

La première exoplanète a été découverte en 1995. Depuis, les astronomes ont identifié près de 4.200 autres planètes au-delà de notre Système solaire. Un nombre qui ne cesse d’augmenter au fur et à mesure que les instruments s’améliorent et que les méthodes se précisent. Autant de mondes qui pourraient potentiellement abriter la vie. Reléguant presque la question « Sommes-nous seuls dans l’Univers ? » aux oubliettes pour faire résonner un peu plus chaque jour la question déjà posée, en 1950, par Enrico Fermi : « Où sont-ils donc ? »

S’ils ne prétendent pas répondre à cette question existentielle, deux physiciens, Steven Woodling (Royaume-Uni) et Dominik Czernia (Pologne) proposent aujourd’hui un outil capable de calculer la probabilité statistique qu’une forme de vie avancée soit apparue dans notre Voie lactée. Ils l’ont baptisé Alien Civilization Calculator, comprenez calculateur de civilisation extraterrestre.

Rappelons que, dès les années 1960, le physicien Frank Drake s’était attelé à la question. Il avait alors établi une équation - connue sous le nom d'équation de Drake - résumant les probabilités de trouver des formes de vie intelligentes dans notre Galaxie, en fonction du taux moyen de formation d’étoiles, de la fraction de ces étoiles qui ont des planètes, du nombre de ces planètes qui pourraient soutenir la vie, etc. Et même en adoptant un point de vue conservateur, l’équation de Drake prévoit que nous puissions rentrer en contact avec au moins quelques civilisations extraterrestres.

Dans sa version initiale ou plus moderne, l’équation de Drake cherche à répondre à la question du nombre de civilisations extraterrestres qui peuplent la Voie lactée. © Bert Folsom, Adobe Stock

Jouer avec les hypothèses pour débusquer des civilisations extraterrestres

Très récemment, des astrophysiciens de l’université de Nottingham ont proposé une version moderne de cette équation, basée sur l’idée simple que l’humanité n’est pas exceptionnelle. Alimentée des données...

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura