Calais: grève de la faim pour alerter sur les violences contre les migrants

Révoltés par la situation des migrants qui n'évolue pas, trois militants ont débuté une grève de la faim. Cela fait une semaine qu'ils ne se nourrissent pas. Ils demandent la fin des évacuations des campements de réfugiés. Ainsi que l'ouverture d'un dialogue avec les autorités.

Evacuation des campements, confiscation des tentes et des affaires personnelles des réfugiés... Ce sont des scènes devenues habituelles à Calais, quasi quotidiennes depuis plusieurs semaines.

C'est pour dénoncer cette situation et interpeller la population qu'Anaïs Vogel, Ludovic Holbain et Philippe Demeestère, prêtre jésuite de 72 ans, ont débuté une grève de la faim.

Ils vivent reclus depuis sept jours dans une église au cœur de Calais. « Depuis trois semaines, effectivement, il y a eu une exacerbation de cette violence avec des expulsions de campements qui ont lieu à un rythme encore plus soutenu », dénonce Juliette Delaplace, chargée de mission auprès des personnes exilés pour le Secours catholique.

À lire aussi : France: HRW dénonce le «traitement dégradant» des migrants à Calais

« Les personnes vivent dans un dénuement très fort »

« Le 28 septembre, poursuit-elle, ça a été une journée d'une violence inouïe avec le décès de Yasser Abdallah, un jeune homme de 20 ans, qui a perdu la vie en tentant de rejoindre l'Angleterre où vivaient son oncle et sa tante. La même journée, le plus grand lieu de vie où vivaient les personnes exilées à Calais, près de 1 000 personnes vivaient sur cet espace, a été expulsé. Et donc les personnes vivent dans un dénuement très fort. »

Une action de soutien s'est tenue ce dimanche 17 octobre. Dans les mains des manifestants, des cerfs-volants fabriqués avec les tentes des personnes exilées, bien souvent détruites par les forces de l'ordre après les évacuations.

À écouter : De la Turquie à Calais, l’Europe ferme ses frontières

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles