Une caissière offre 24 000 euros de courses pour payer ses dettes

Une caissière a détourné 24 000 euros de courses - Getty Images/iStockphoto (Getty Images/iStockphoto)

À Toul, dans le département de la Meurthe-et-Moselle, une caissière de supermarché est accusée d’avoir offert plus de 24 000 euros de courses à des connaissances. Cette méthode lui aurait servi à payer ses nombreuses dettes.

C’est un type de délit peu ordinaire qui s’est déroulé dans un supermarché/hypermarché de la ville de Toul, près de Nancy. Une caissière du magasin est en effet accusée d’avoir offert environ 24 000 euros de courses à des gens auxquels elle devait de l’argent, rapporte le journal L’Est Républicain. Au total, huit personnes, dont quatre membres de sa famille, auraient bénéficié de ses largesses.

Cette escroquerie a commencé environ un an avant la découverte des faits. À l’époque, l’accusée est criblée de dettes. Pour payer ce qu’elle doit, elle propose donc à ses créanciers de leur permettre de faire des courses à moindre prix. Pour ça, ils passent à sa caisse avec des chariots pleins mais lorsqu’elle passe les articles, la caissière en question en annule une partie puis les remet avec ceux qui sont comptés.

De gros chariots à petits prix

Autre méthode pour faire baisser les prix des gros chariots de ses débiteurs : la caissière acceptait des cartes de réduction non valables. Au total, ces tours de passe-passe ont créé un trou de plus de 24 000 euros dans les caisses du magasin en une seule année. Une somme suffisamment importante pour attirer l’attention de la direction, puis de la police.

L’accusée a été interpellée la semaine dernière et a rapidement reconnu les faits. Elle sera jugée au moins de novembre prochain. Trois de ses proches feront également face à la justice à cette occasion.

Ce contenu peut également vous intéresser

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles