CAF: l’Ivoirien Jacques Anouma candidat à un seul mandat

·2 min de lecture

La Fédération ivoirienne de football avait annoncé samedi 7 novembre que son ancien président Jacques Anouma se portait candidat. Il s’est exprimé ce vendredi 13 novembre sur les antennes de RFI et a indiqué entre autres ne pas vouloir aller au-delà d’un mandat s'il est élu.

« Je peux donner au foot africain une autre image, une autre vision. J’ai 30 années d’expérience dans le football et j’espère que les pays africains seront ouverts à mes propositions », a indiqué ce vendredi 13 novembre Jacques Anouma dans l’émission Radio Foot Internationale. En dehors de sa Fédération, il dispose entre autres du soutien du Kenya, du Bénin et du Niger. Déjà candidat à la présidence de la CAF en 2013 face à Issa Hayatou, Jacques Anouma avait alors été empêché de concourir.

Trois candidats issus de la même région

Désormais, avec le Sénégalais Augustin Senghor et le Mauritanien Ahmed Yahya, ils sont trois de la même région à se lancer dans la course à la présidence de la CAF. Un handicap ? « Maintenant que tous les dossiers sont déposés, il va falloir discuter pour savoir si on peut faire autrement », avance-t-il, tout en rappelant sa légitimité alors qu’il avait déjà voulu se lancer dans cette entreprise en 2013 face à Issa Ayatou. « Nous avons tous pris nos dispositions pour que nos candidatures soient acceptées. Il faut passer le filtre de l’éligibilité », indique par ailleurs celui qui avance ne pas être candidat d’un système, mais de la Côte d’Ivoire.

Jacques Anouma, qui ne souhaite pas exercer plus d’un mandat à cause de son âge (69 ans), veut « faire en sorte que la CAF soit une vraie confédération avec tout le monde autour d’un seul projet ». Il fait remarquer que trois candidats sont issus du Comité exécutif actuel.

À propos du débat sur la CAN tous les quatre ans (un souhait de la Fifa), Jacques Anouma s’est dit solidaire de la décision actuelle de la CAF qui maintient l’évènement tous les deux ans. Mais il admet : « Il va falloir en discuter à nouveau. Ce n’est pas une question à prendre à la légère et il faudra remettre le dossier sur la table. Je sais que la Fifa propose une CAN tous les quatre ans et il ne faut pas fermer la porte au débat. La Fifa reste un partenaire privilégié. »