Caen : le CHU condamné à payer 575 000 euros suite à une erreur vieille de 38 ans

·2 min de lecture
Caen : le CHU condamné à payer 580 000 euros suite à une erreur vieille de 38 ans

Amputé de la jambe gauche suite à une opération qui avait mal tourné, un patient a obtenu obtenu réparation de la part de la justice. 

Après un long marathon judiciaire, le Centre hospitalier universitaire de Caen vient d’être condamné par la justice à verser 575 526 euros suite à une opération qui a mal tourné en 1983. Victime d’une infection nosocomiale, le patient a dû être amputé de la jambe gauche en octobre 2008, rapporte Ouest-France. L'hôpital doit verser 232 633 euros à la victime amputée et 342 893 à la caisse primaire d'assurance maladie du Calvados, selon le jugement. 

"L’infection nosocomiale est consécutive (...) à l’intervention subie" au CHU de Caen par le patient, 13 ans à l’époque, hospitalisé pour une tumeur au tibia, peut-on lire dans la décision du tribunal administratif de Caen datée de la semaine dernière. Lors de son séjour à l’hôpital, l’adolescent contracte une infection nosocomiale révélée par la présence d’un staphylocoque dorée, détaille le quotidien régional. "Sa survenue révèle une faute dans l’organisation et le fonctionnement du service de nature à engager la responsabilité du CHU de Caen", informe le jugement.

Covid - Léa*, étudiante infirmière : "Les conditions de travail sont inhumaines(...) Le service où je travaille est apocalyptique"

La justice reconnaît sa souffrance

Vingt-cinq ans après cette erreur médicale, l’homme, aujourd’hui âgé de 51 ans, n’a d’autre choix que de perdre sa jambe gauche après des années de traitement sans résultat probant. Pour ne rien arranger, le jugement indique aussi que le patient a subi des inflammations au niveau des yeux.

D’après les juges, la somme obtenue doit permettre de couvrir les souffrances du patient estimées à 6 sur une échelle allant de 1 à 7, les frais liés à l’emploi temporaire d’une aide à domicile, à l’aménagement de son logement, la réparation du préjudice esthétique et du préjudice sexuel. Contacté par l'Agence France-Presse pour savoir si le CHU comptait faire appel de cette décision, l'établissement médical réserve encore sa réponse. 

Ce contenu peut également vous intéresser :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles