Un cadeau pour la fête des mères? Dites-le avec des fleurs (mais n'achetez pas n'importe lesquelles)

Sandra Lorenzo
Pour la fête des mères, dites-le avec des fleurs (mais n'achetez pas n'importe lesquelles )

FÊTE DES MÈRES - Étrange de voir que l'on se pose autant de questions sur les fruits et légumes que l'on achète et aussi peu sur les fleurs vendues chez le fleuriste. Certes, ces dernières ne finissent pas dans notre estomac, mais les questions qu'elles soulèvent restent les mêmes.

Origine, produits phytosanitaires utilisés mais aussi saisonnalité, avant d'acheter le bouquet de fête des mères pour ce dimanche 27 mai, vous pouvez questionner votre fleuriste sur ces trois points.

D'où viennent ses fleurs?

Selon le rapport du ministère de l'Agriculture, en 2015, la France était le 6e pays importateur de fleurs coupées après l'Allemagne, les États-Unis, les Pays-Bas, le Royaume-Uni et la Russie. Le rapport précise que la France fait partie des pays fortement dépendants des importations dans ce domaine. Pour acheter des fleurs, les grossistes passent par le plus grand marché aux fleurs du monde qui se trouve à côté d'Amsterdam, puis en France, les professionnels s'approvisionnent entre autres à Rungis.

Il faut traquer l'étiquette "Fleurs de France" pour trouver une production hexagonale, c'est le cas par exemple de certaines renoncules, anémones cultivées dans le Var. Lilas Rose propose par exemple en ligne de commander des fleurs fraîches cultivées sur les bords de Loire.

Pour les roses, sachez que le gros de la production vient du Kenya, de l'Équateur, de la Colombie ou encore des Pays-Bas. Ces fleurs sont parfois produites dans des conditions sociales et environnementales très difficiles. Des pesticides interdits en France ont par exemple été trouvés dans certains bouquets.

Est-ce des fleurs de saison?

Le site France Fleurs a mis en ligne un petit calendrier rappelant la saisonnalité des fleurs. En respectant les saisons, vous avez plus de chances de pouvoir acheter des fleurs qui n'ont pas été cultivées sous serre à des milliers de kilomètres de chez vous. Des alternatives existent pour mettre en avant les fleurs de saison produites localement, la start-up...

Retrouvez cet article sur le Huffington Post