Cacophonie autour de la "vache folle"

La France n’a pas été la première à interdire les farines animales [d’abord pour les ruminants et récemment pour les non-ruminants et les poissons]. Avant elle, le Portugal et le Royaume-Uni avaient fait de même, deux pays dont les dirigeants n’ont rien de dangereux farfelus. Sur le fond, les Français ne sont pas aussi isolés sur la scène européenne qu’on pourrait le croire. Même si elle reproche à Paris de n’avoir pas emprunté les canaux européens, la Belgique est également favorable à la suppression pure et simple des farines. Quelle que soit l’issue du débat, il est en tout cas urgent de retrouver un minimum d’harmonie et de cohérence au niveau européen.
Prise dans l’urgence, la décision de la France ajoute une fausse note à une cacophonie déjà généralisée au sein des Quinze. Une cacophonie à laquelle ne répond que la timidité excessive de la Commission européenne. Certains pays interdisent l’utilisation de toutes les farines de viande. D’autres s’en tiennent au minimum européen et les proscrivent seulement dans l’alimentation des bovins. D’autres encore, comme la Belgique, ont également exclu les cadavres de la fabrication de l’alimentation animale. Ici, on bannit les importations de farines en provenance des pays tiers, y compris européens ; ailleurs, on se limite à interdire leur utilisation. Certains ont établi des programmes de dépistage ambitieux ; d’autres l’excluent, jurant que les “vaches folles”, il n’en est point chez eux…
La cacophonie des mesures et des réactions politiques met au défi l’Europe en tant que grand marché. Les Français ont interdit les farines carnées sur leur territoire, mais ne prohibent pas les importations d’animaux nourris avec ces farines. D’ailleurs, s’ils le faisaient, ils seraient immédiatement accusés par leurs partenaires de faire entrave à la sacro-sainte libre circulation des marchandises. Cette situation ne peut durer. Si c’était le cas, il viendrait un moment où les citoyens seraient amenés à faire un choix entre l’Europe et leur santé.

[...] Lire la suite sur Courrier international

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles