Cabinets de conseil : Olivier Véran répond à Bruno Le Maire et réfute toute « dérives » ou « abus »

© NICOLAS NICOLAS MESSYASZ/SIPA

Les membres de la majorité n'ont pas vraiment accordé leurs violons sur la question de l’usage des cabinets de conseil. Alors que le ministre de l’Économie, Bruno Le Maire, a reconnu sur le plateau de l’émission « Dimanche en politique » sur France 3  ce dimanche, certaines erreurs faites par le passé. Il a même concédé que des « dérives » et des « abus » avaient eu lieu. Il a néanmoins assuré que Bercy avait « réduit de 34 % le recours aux cabinets de conseil » depuis le début de l’année. Ce lundi, Olivier Véran a tenu un tout autre discours.

Lire aussi - Affaire McKinsey : les macronistes jouent la sérénité

Invité de la matinale de France Inter , le porte-parole du gouvernement a assuré ne pas savoir ce que c’est « une dérive ou un abus ». « Je sais que quand j'ai eu besoin de rattraper l'Allemagne dans la campagne vaccinale, j'ai fait appel à une entreprise qui venait de conseiller l'Allemagne dans l'élaboration des centres de vaccination », a notamment déclaré celui qui a été ministre de la Santé entre février 2020 et mai 2022. Tout en assurant que les procédés d’attributions étaient tous « clairs et transparents », Olivier Véran a regretté « les programmes de réduction des fonctionnaires dont certains présidents se sont faits les hérauts » et a assuré que l'État n'avait « plus les compétences suffisantes pour arriver à tout gérer tout seul ».

À l’instar de Bruno Le Maire, il a assuré que le gouvernement voulait désormais « réduire la voilure sur les contrats passés ave...


Lire la suite sur LeJDD