Cabinet de Curiosités : la pandémie de coronavirus de 1889 et un procès historique

·2 min de lecture

Des Américains masqués faisant la queue dans les rues de San Francisco. Des lits d’hôpitaux remplis de plus de malades que les médecins ne peuvent en traiter. Des cimetières improvisés pour accueillir les milliers, les millions de morts de la grippe espagnole. C’est un fait établi, la pandémie de coronavirus que nous traversons actuellement a ses précédents. Alors que la maladie commençait tout juste à se répandre dans le monde, nous étions honteux de nous découvrir si peu préparés face à un événement que nous avions connu seulement 100 ans plus tôt. Et déjà, alors que le virus entre dans une nouvelle phase de progression, certaines et certains d’entre nous aimeraient à nouveau ignorer les signaux d’alarme, éviter la piqûre de rappel, contester le reconfinement. Notre capacité d’oubli est parfois terrifiante.

En commençant mes recherches pour cet article ce matin, je m’attendais à raconter la courte histoire d’un charlatan et de la femme qui l’a traîné devant les tribunaux, mais comme bien souvent avec les Cabinets de curiosités, cette exploration m’a menée bien plus loin que mon point de départ. Ainsi, avant de nous plonger dans l’affaire Carlill v Carbolic Smoke Ball Co., prenons un instant pour planter le décor et retracer ce qui pourrait bien être la première pandémie de coronavirus documentée de l’Histoire.

Comme une traînée de poudre

À la fin du mois de novembre 1889, une nouvelle inquiétante se répand dans les journaux britanniques : en Russie, le tsar, sa femme et la moitié de Saint-Pétersbourg seraient victimes d’une maladie apparentée à la grippe et particulièrement contagieuse. En moins de temps qu’il n’en faut à la nouvelle pour atteindre les lecteurs anglais, l’épidémie a déjà atteint Moscou et Kiev à bord des trains qui sillonnent le pays et des navires marchands qui descendent la Volga vers la mer Caspienne. Grâce au progrès des moyens de transport modernes, les marchandises circulent de plus en plus rapidement à travers le monde, et il n’en faut pas...

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles