Cabinet de curiosités : Micrographia, le plus beau livre de sciences jamais publié

Emma Hollen, Journaliste scientifique
·1 min de lecture

Si l’on parle d’atomes depuis au moins l’Antiquité grecque avec Démocrite, l’accès au minuscule et à l’infiniment petit a longtemps été restreint au monde des idées. Faute d’avancées technologiques adéquates, l’on ne pouvait que s’imaginer la fourmillante richesse des « animalcules » dont l’existence avait été théorisée par les philosophes et les naturalistes. Mais avec le développement du microscope et son premier âge d’or au XVIIe siècle, un nouvel univers s’est ouvert aux scientifiques et aux curieux, trouvant son point culminant dans Micrographia, l’un des livres les plus fascinants jamais publiés.

Robert Hooke : une carrière prolifique...

Micrographia, ou, quelques descriptions physiologiques des corps minuscules effectuées par des loupes, paraît en septembre 1665 dans les librairies. Il est le fruit du travail de Robert Hooke, un jeune homme de 29 ans aux yeux couleur de fer et au regard perçant. Si vous n’avez jamais entendu son nom auparavant, sachez qu’il est considéré comme l’une des figures clés de la Révolution scientifique de l’époque moderne, l’un des plus grands scientifiques expérimentaux du XVIIe siècle et, pour l’historien des sciences Allan Chapman, le Léonard de Vinci anglais.

Avant de parler de son ouvrage et du succès instantané qu’il connut auprès du public, prenons donc un instant pour lister les contributions de Hooke, afin de mieux situer le personnage. Dès ses 23 ans, le jeune expérimentateur construit la première pompe à air sur la base des esquisses d’Otto von Guericke, puis à 25 ans, il découvre la loi de Hooke – qui modélise le comportement des corps élastiques – et élabore l’une des premières théories ondulatoires de la lumière, mettant en échec la théorie corpusculaire de Newton.

Robert Hooke a apporté de nombreuses contributions au domaine de la science. On reconnaît ici, entre autres choses, un ressort illustrant la loi de Hooke, son joint universel, une lentille illustrant ses travaux en optique, la fameuse chaînette renversée,...
Robert Hooke a apporté de nombreuses contributions au domaine de la science. On reconnaît ici, entre autres choses, un ressort illustrant la loi de Hooke, son joint universel, une lentille illustrant ses travaux en optique, la fameuse chaînette renversée,...

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura