"Ca reste une victoire": déboutée face à Georges Tron, Eva Loubrieu salue "la fin d'un long combat"

Alexanda Gonzalez avec Ambre Lepoivre
·2 min de lecture
Eva Loubrieu lors du procès en première instance, le 12 décembre 2017. - JACQUES DEMARTHON
Eva Loubrieu lors du procès en première instance, le 12 décembre 2017. - JACQUES DEMARTHON

"C'est une victoire pour moi." Alors qu'elle a été déboutée de sa demande, Eva Loubrieu se satisfait de la décision de justice rendue mercredi soir à l'encontre de Georges Tron et Brigitte Gruel. Le maire de Draveil a été condamné en appel à 5 ans de prison, dont 3 ans avec sursis pour viol et agressions sexuelles tandis que son ancienne adjointe a écopé de 2 ans avec sursis.

Après onze heures de débats, la cour d'assises de Paris a estimé que les deux scènes de viol et agression sexuelle décrites par Virignie Ettel avaient bien eu lieu sous la contrainte et avec surprise, justifiant ainsi la condamnation des deux mis en cause.

"Je n'ai plus peur"

En revanche, les jurés ont considéré que les faits avancés par l'autre plaignante, Eva Loubrieu, ne permettaient pas d'établir que les relations sexuelles avaient eu lieu sous la contraite. Cette ancienne collaboratrice du maire de Draveil a en effet d'abord reconnu avoir eu des relations consenties pendant quelques mois avant d'opérer une bascule qu'elle n'a pas su démontrer, a conclu la justice décidant de la débouter.

"Certes, je ne rentre pas dans des cases, c'est ce qui explique ce jugement d'acquittement sur les faits me concernant, mais ça reste une victoire, la fin d'un long combat", réagit-elle ce jeudi, interrogée par BFMTV.

Si le verdict garde toutefois un goût amer pour l'ancienne employée de la mairie, cette dernière se dit soulagée de ne "plus à avoir peur que Georges Tron essaye de m'anéantir, lui qui a usé d'une capacité de nuisance terrible pour m'écraser durant ces dix dernières années. Je n'ai plus peur. Je me sens libre. Justice a été faite".

Article original publié sur BFMTV.com