C1: avec le Bayern en quarts, le Paris SG hérite du pire

Alexis HONTANG
·3 min de lecture

Encore le Bayern Munich ! Le tirage au sort des quarts de la Ligue des champions a offert vendredi au Paris SG l'adversaire qu'il craignait le plus, son bourreau en finale la saison passée.

Le PSG croyait s'être débarrassé de ses fantômes, en écartant le FC Barcelone (4-1, 1-1) et le cauchemar de la "remontada", au tour précédent.

Mais ce n'est presque rien par rapport à ce qui l'attend début avril.

Le club de la capitale va retrouver le Bayern, pour une revanche de la finale perdue en août dernier (1-0), qui l'a privé de la première C1 de son histoire.

Le 7 avril, il se déplacera en Bavière, avant de recevoir au match retour, le 13 avril.

"Normalement l'avantage du retour à domicile est très important, mais actuellement il faut voir où et comment peuvent avoir lieu les matches", a réagi le directeur sportif Hasan Salihamidzic, en rappelant le contexte sanitaire toujours très contraignant.

Le tirage a réservé un autre "remake" d'une finale, celle de 2018, avec un quart Real-Liverpool, trois ans après le sacre des Madrilènes (3-1) à Kiev. Le vainqueur affrontera en demi-finale celui de Chelsea-FC Porto.

Paris, qui rêvait du confort de l'Orient Express pour se rendre à Istanbul, devra lui passer par le chemin le plus difficile s'il veut atteindre la finale le 29 mai.

- Le Bayern... puis City ? -

En effet, s'il se qualifie, il affrontera en demi-finale soit Manchester City soit Dortmund. Favorite, l'équipe entraînée par Pep Guardiola est la plus impressionnante du moment sur le Continent... avec le Bayern.

"Pour aller au bout en Ligue des champions, il faut passer par tout le monde, a expliqué le directeur sportif Leonardo au micro de RMC Sport. Affronter des équipes comme ça, ça te donne de l'expérience. On est toujours optimistes."

Les Munichois, invaincus sur la scène européenne depuis mars 2019, restent sur un huitième de finale maîtrisé face à la Lazio (4-1, 2-1).

Leaders de la Bundesliga, ils n'ont perdu que deux matches de Championnat depuis fin septembre, là où les Parisiens ont chuté deux fois lors des quatre dernières journées de Ligue 1.

Avec Robert Lewandowski, auteur de 39 buts cette saison, ils disposent d'un buteur de classe mondiale à même de répondre à Kylian Mbappé ou Neymar. Dans les cages, Manuel Neuer est l'un des rares gardiens à rivaliser avec Keylor Navas.

Alors mission presque impossible face au "Rekordmeister", également vainqueur de la Coupe du monde des clubs début février? Paris devra faire très fort pour s'en sortir.

"Nous sommes optimistes, l'équipe sera compétitive", a assuré l'entraîneur Mauricio Pochettino, convaincu, comme ses joueurs, que le PSG a franchi un cap mental en battant le Barça.

L'histoire n'est pas forcément contre le club parisien: il détient un bilan positif (5 victoires, 4 défaites) dans ses confrontations face au Bayern. Les Allemands, notamment, n'ont jamais gagné au Parc des princes, en quatre visites.

- Un début avril bouillant -

Le PSG disposera aussi d'un atout supplémentaire par rapport à Barcelone, avec Neymar, actuellement en phase de reprise après s'être blessé à un adducteur début février.

Frustré de ne pas avoir pu affronter ses anciens coéquipiers catalans au tour précédent, "Ney" avait joué un rôle prépondérant pour emmener son équipe en finale la saison passée.

Son état de forme physique sera l'une des questions qui précéderont la rencontre. Neymar comme le PSG devront être au top, car c'est un début de mois d'avril hyper décisif qui les attend.

Avant la manche aller, le PSG recevra le 3 avril Lille, leader de Ligue 1, un tournant dans la course serrée au titre.

Entre les deux quarts, les hommes de "Poche" iront à Strasbourg, un déplacement d'autant plus dangereux qu'ils ont pris l'habitude, en 2021, de perdre la rencontre suivant une échéance européenne.

"On va se battre jusqu'à la mort" pour gagner la C1, a prévenu Pochettino à l'AFP. Désormais, c'est l'heure de le prouver.

ah/jed/lrb