C1: Paris se rate, Rennes s'enfonce et les clubs français s'inquiètent

·4 min de lecture

Le calvaire continue pour les équipes françaises en Coupe d'Europe: après Marseille mardi à Porto (3-0), Rennes et surtout le Paris SG ont subi une nouvelle défaite en Ligue des champions, respectivement surclassé par Chelsea (3-0) et crucifié par Leipzig (2-1), mercredi pour la 3e journée.

- Groupe H: Paris se saborde -

La situation s'envenime pour Paris: battu par ses deux principaux rivaux (Manchester et Leipzig) dans son groupe de qualification, le PSG a grillé quasiment tous ses jokers. Et ce de manière très décevante, mercredi en Allemagne, avec une prestation marquée par des erreurs impardonnables à ce niveau.

Penalty raté du buteur Angel Di Maria, main de Presnel Kimpembe dans la surface, carton rouge pour Idrissa Gueye puis ce même Kimpembe... La copie est inquiétante pour le vice-champion d'Europe, privé de son trident offensif Neymar-Mauro Icardi-Kylian Mbappé, blessés.

Réaliste pour cette revanche de la dernière demi-finale de Ligue des champions, Leipzig ne s'est pas fait prier pour s'imposer. D'abord grâce à l'ancien Parisien Christopher Nkunku, sans pitié pour son ex-club. Puis Emil Forsberg sur penalty.

L'occasion était pourtant rêvée de revenir à hauteur en tête de groupe, après la défaite de Manchester United sur le terrain de l'Istanbul Basaksehir (2-1). Car les Mancuniens, eux aussi, se sont mis tous seuls en difficulté, à grands renforts de largesses défensives. Mais ils gardent la main dans la poule, trois longueurs devant Paris.

- Groupe E: Chelsea sans pitié pour Rennes -

La mission s'avérait difficile, elle a vite viré à l'impossible pour les Rennais à Londres. Sans leur joyau Eduardo Camavinga, les Bretons ont vite rendu l'âme, concédant deux penalties à Timo Werner et un carton rouge à une équipe de Chelsea bienheureuse de voir les buts venir à elle aussi facilement.

Après un nul contre Krasnodar et une défaite contre le Séville FC, Rennes est donc bon dernier du groupe E à égalité avec les Russes, et devra sans doute se résoudre à lutter pour la troisième place qualificative pour les 16es de Ligue Europa.

L'expérience de l'Europe, qui manque cruellement aux hommes de Julien Stéphan, n'échappe en revanche pas du tout à Séville. Menés et réduits à dix contre Krasnodar, les Andalous ont su retourner la situation pour s'imposer (3-2) et rester à égalité avec le club anglais en tête de groupe (7 points).

- Groupe F: Haaland et Dortmund affolants -

Erling Haaland n'en finit plus d'affoler les statistiques: le prodige norvégien n'a que vingt ans mais compte déjà... 14 buts en Ligue des champions, après son doublé sur le terrain de Bruges (3-0). Soit 16 buts toutes compétitions confondues (sélection incluse) depuis début septembre.

Battu en ouverture de la C1 sur le terrain de la Lazio (3-1), Dortmund est cette fois bien lancé, avec la première place du groupe F (6 points).

Un peu plus tôt, les Italiens étaient passés tout proches d'une première déconvenue cette saison dans la compétition européenne, manquant de perdre à la dernière minute sur le terrain du Zenit Saint-Pétersbourg (1-1).

Mais l'assistance vidéo a secouru la Lazio, en signalant un hors-jeu sur cette ultime action. Les Romains, déjà dans la tempête pour des suspicions de "violation des protocoles sanitaires" en championnat, évitent ainsi un nouveau coup dur et sont deuxièmes de groupe.

- Groupe G: le Barça proche des 8es -

Mission accomplie pour le FC Barcelone, qui rassure sur le plan européen à défaut d'impressionner en Liga. Lionel Messi a marqué sur penalty d'entrée de match contre le Dynamo Kiev (2-1), offrant aux Catalans une troisième victoire en trois journées de C1.

Le jeu n'est pas encore tout à fait au rendez-vous, à l'image d'un Antoine Griezmann toujours transparent, mais la qualification est toute proche pour les Barcelonais.

La première place risque bien de se jouer face à la Juventus Turin, comme prévu. Les Turinois ont en effet fait honneur au retour en C1 de leur superstar Cristiano Ronaldo, touché récemment par le Covid-19, en s'imposant chez les Hongrois de Ferencvaros (4-1), dans un des seuls stades avec public de la soirée de mercredi.

Mais le Portugais n'a pas marqué, préférant offrir une passe décisive à son partenaire Alvaro Morata, auteur d'un doublé.

ama/fby