C’est officiel, l’homéopathie ne sera plus remboursée à partir de 2021

agence, AFP, figaro.fr, Le
À l’origine, la controverse autour de l’homéopathie a été ravivée par une tribune signée par 124 professionnels de santé publiée dans nos pages en mars 2018. Les signataires - aujourd’hui au nombre de 2405, et pas seulement des médecins - y dénonçaient cette pratique jugée «non scientifique», «basée sur des croyances», mais aussi «dangereuse». / 44829103/photopaz - stock.adobe.com

Cette décision, prise l’été dernier par la ministre de la Santé, vient d’être entérinée par la publication de deux arrêtés au Journal officiel.

Les produits homéopathiques ne seront plus remboursés par la sécurité sociale à compter du 1er janvier 2021. Cette information était déjà connue depuis le début du mois de juillet, mais elle vient d’être entérinée par la publication de deux arrêtés mardi au Journal officiel.

Se référant à l’avis implacable de la Haute autorité de santé qui a conclu fin juin à l’absence d’efficacité des produits homéopathiques, le ministère de la Santé a publié mardi deux textes réglementaires pour organiser leur déremboursement.

Un premier arrêté porte sur la radiation des médicaments homéopathiques de la liste des spécialités remboursables. Des centaines de spécialités, certaines très connues comme l’arnica montana, le gelsemium sempervirens ou le nux vomica, sont citées.

» LIRE AUSSI - STORY - Homéopathie: les critiques sont-elles justifiées?

Absence d’efficacité

Plusieurs raisons expliquent l’avis défavorable au maintien du remboursement délivré par la commission de transparence. D’abord «l’absence de démonstration probante d’efficacité (...) dans les affections/symptômes pour lesquels des données ont été retrouvées dans la littérature», mais aussi «l’absence de démonstration d’une efficacité supérieure au placebo ou à un comparateur actif».

Depuis que l’homéopathie est apparue il y a environ 200 ans, aucune étude scientifique sérieuse n’est parvenue à prouver son efficacité. Et pour cause, ces produits sont fabriqués selon des principes farfelus hérités de la fin du 18e siècle. Il s’agit de diluer plusieurs fois une «teinture mère» (préparation à base de plantes, d’extraits d’animaux ou encore de produits chimiques) jusqu’à en obtenir une quantité infinitésimale. Résultat: il est pratiquement impossible de retrouver une seule molécule de principe actif dans un granule.

Dans cet arrêté, l’exécutif rappelle également que «ces (...) Lire la suite sur Figaro.fr

Homéopathie: des médecins réclament la fin de son enseignement à l’université 
L’homéopathie se limite-t-elle vraiment à un effet placebo? 
Ce que contiennent vraiment les médicaments homéopathiques contre la grippe 
Inscrivez-vous à la newsletter du Figaro Santé