C l’hebdo (France 5) - Éva Roque : "Il n’y a pas de triche à l’antenne"

Il paraît que vous êtes la plus ancienne de la bande…

Éva Roque : Eh oui! Avec Jean-Michel Aphatie, nous sommes arrivés lors du lancement de C l’hebdo, en 2016, quand Anne-Élisabeth Lemoine était aux commandes. Le programme a évolué. Certains sont partis, d’autres sont arrivés, mais l’ADN de l’émission est resté le même, à savoir traiter des sujets d’actualité avec un certain recul et des angles différents de ceux choisis habituellement.

L’ambiance en coulisses est-elle aussi bonne que sur le plateau ?

Sans langue de bois, oui ! Et c’est ce qui fait que ça marche, et que l’on rassemble rarement moins d’un million de téléspectateurs chaque semaine. Il n’y a pas de triche à l’antenne. Ali Baddou adore les émissions de bande. On est tous très différents, et il est le moteur de tout ça. Il est brillant et rigoureux, et son exigence nous tire vers le haut. J’ai une très grande admiration pour lui.

En plus de France 5, on vous retrouve régulièrement à la radio, sur France Inter…

Oui, j’assure les remplacements de Sonia Devillers, dans L’Instant M, mais aussi la revue de presse du week-end. Je produis également Drôle de rencontre, un podcast qui réunit des duos d’humoristes. Commandé par la radio, il aura probablement une saison 2. Il arrive aussi que Libération me confie le portrait de sa dernière page. J’ai peu de temps pour mes amis, mais je suis très heureuse comme ça !

Interview Adeline Quittot

... Lire la suite sur Télé 7 Jours

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles