«C’est beau une France unie» : Paris a vibré pour ses Bleus

Vincent Mongaillard, Julien Duffé et Delphine Sitbon
20 ans après, un petit air de France 1998 a flotté mardi soir sur le parvis de l’hôtel de ville de Paris, et dans toute la capitale

Les Français ont fêté la qualification pour la finale face aux Belges (1-0) un peu partout dans le pays. Jusqu’au bout de la nuit à Paris. Toutes générations confondues.


Jean-Baptiste, un drôle de cuistot de l’Essonne, arbore sur le crâne un coq en peluche bleu-blanc-rouge avec un bec jaune. « Tu vois, lui, il attend la deuxième étoile. La finale, elle est à nous mon gars ! Moi, j’ai connu 1 998. J’ai envie de vivre 2 018 », rêve le jeune homme de 29 ans, qui a les dents du bonheur. Et de frapper son cœur avec son poing, et de scander sans compter, avec les dernières cartouches de voix qui lui restent : « Qui ne saute pas n’est pas français ! »

Comme lui, des milliers de fans jubilent sur le parvis de l’Hôtel de Ville à Paris dont les murs ont bien failli trembler sous le poids des sauts de joie lors du but de Samuel Umtiti. La victoire est saluée par un pic inouï de décibels, des fumigènes, une pluie de chips et d’eau rafraîchissante.

Kamila embrasse le drapeau tricolore

Les grandes foules sont agglutinées devant l’écran bien plus que géant, de la taille d’un F3 de 62 m2. Quatre générations au rendez-vous vêtues de marinières, de maillots collector à la gloire de Platini ou de Zidane, de tuniques dans l’air du temps qui offrent Mbappé en lettres capitales. On croise une majorité de jeunes, ambassadeurs de cette fameuse France black-blanc-beur qui ressuscite pour l’événement.

Kamila, 18 ans, toute fraîche bachelière de Bagnolet (Seine-Saint-Denis) embrasse le drapeau tricolore. « Normal, j’aime la France », commente-t-elle. Elle a vibré jusqu’à l’ultime seconde. « Franchement, c’est plus stressant que le bac », souffle-t-elle. Même les vigiles au gilet orange, qui regardaient discrètement, d’un coin de l’œil, le duel entre voisins, sont heureux et le montrent au coup de sifflet final.

« La fête nationale avant le 14 juillet »

Catherine, 40 ans, gardienne d’immeuble dans la capitale, savoure cette communion avec sa fille, Amélie, 10 ans, chapeau de cowgirl tricolore (...)

Lire la suite sur LeParisien.fr

France-Belgique : «Les plus beaux footballeurs» étaient belges, selon Jean-Michel Larqué
«C’est la première fois que je vois ça» : les Champs-Elysées en fusion après la victoire des Bleus
Coupe du monde : à cette joyeuse bande de devenir la génération 2018
Mondial : Deschamps sur les traces de Zagallo et de Beckenbauer ?
France-Belgique : les Bleus «pas meilleurs» que les Belges pour Thibaut Courtois