Michel Cymes : ce détail qui agace de nombreux internautes

On ne l'arrête plus! Depuis le début de la crise du coronavirus, Michel Cymes enchaîne les apparitions télévisées. Il avait même consacré une émission à l'épidémie afin de "rassurer" les français, en qualifiant le coronavirus de maladie "un peu plus grave que la grippe". Des propos qui l'avait conduit à faire un mea culpa en direct sur France 5, de nombreux médecins l'ayant accusé de minimiser à l'excès la situation. Philippe Even, pneumologue français et auteur de Corruptions et crédulité en médecine, avait même déclaré dans Le Parisien que le célèbre médecin du PAF disait "n'importe quoi". Eh bien, lundi 23 mars 2020, Michel Cymes était de retour, encore une fois sur le plateau de C à Vous afin de discuter du sujet qui alimente toutes nos conversations depuis deux semaines : le coronavirus.

Le ras-le-bol des internautes

En compagnie de l'ex-ministre de la santé Roselyne Bachelot, Michel Cymes a abordé la polémique qui sévit autour des travaux de Didier Raoult, l'infectiologue qui affirme pouvoir guérir le covid-19 avec un traitement à base de chloroquine. "Y'a quand même une toxicité cardiaque, une toxicité pour les yeux, enfin c'est pas un médicament anodin qu'on peut donner comme ça" alerte le présentateur de Ça ne sortira pas d'ici. "Il faut une surveillance" ajoute-t-il face à Anne-Elisabeth Lemoine.

Le médecin ne s'est d'ailleurs pas privé de qualifier le maire de Nice d'"irresponsable" suite à ses déclarations vantant les recherches de Didier Raoult, dont il a lui-même bénéficié. Des propos qui ont fait réagir les internautes, agacés de voir encore une fois Michel Cymes asséner des vérités sur un plateau télé "alors que les hôpitaux manquent de bras". "Le couple bachelot, cymes un duo de choc ! Pour l'info médicale, il y a aussi l'horoscope !" peut-on lire sur Twitter. Ou encore "C'est Michel Cymes ,le médecin qui a un cabinet sur france 2, qui a dit que le covid c'était une grosse grippe, qui va donner des leçons à un grand virologue!" écrit un internaute. Des

(...) Cliquez ici pour voir la suite