Côtes d'Armor: encore 150 personnes sur les lieux d'une rave-party avortée

Mélanie Rostagnat avec AFP
·2 min de lecture
(Photo d'illustration) Un agent de gendarmerie.  - AFP
(Photo d'illustration) Un agent de gendarmerie. - AFP

Environ 150 personnes étaient toujours présentes ce samedi soir à Haut-Corlay, dans les Côtes-d'Armor, alors que les gendarmes ont mis fin dans la nuit de vendredi à samedi à une brève rave-party illégale qui a rassemblé environ 500 personnes, a-t-on appris auprès de la préfecture.

Vendredi, "un rassemblement festif à caractère musical non déclaré était annoncé en Bretagne entre le vendredi 30 avril et le lundi 3 mai 2021", a indiqué la préfecture des Côtes-d'Armor dans un communiqué diffusé samedi matin. "Grâce à la mobilisation des forces de police et de gendarmerie, le lieu d'implantation a pu être identifié avant une pleine prise de possession du site par les participants", selon la même source.

Certains "teufeurs" ont pu s'installer dans un champ sur la commune du Haut-Corlay, à une trentaine de kilomètres au sud de Saint-Brieuc.

"Un peu avant minuit, ils étaient plus de 500 sur site. Afin de prévenir de nouvelles arrivées, à 1h15 les gendarmes sont intervenus pour saisir le son", ont précisé les autorités préfectorales.

150 gendarmes mobilisés

D'après le compte Twitter de la gendarmerie nationale, 150 gendarmes ont été engagés "pour mettre fin à ce rassemblement" et sept gendarmes ont été blessés lors de l'intervention. Trois "sound systems" ont été saisis par les forces de l'ordre. Près de 330 infractions Covid, quatre infractions pour détention de stupéfiants et deux délits de conduites sous stupéfiants ont été constatés par les gendarmes, d'après la préfecture.

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Face à la crainte d'une nouvelle "rave party", "les gendarmes resteront mobilisés toute la nuit", a fait savoir ce samedi soir la préfecture des Côtes-d'Armor. "La vigilance reste de mise tout au long du week-end", a également indiqué le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin sur Twitter.

Article original publié sur BFMTV.com