Côte-d'Or : un homme mis en examen pour association de malfaiteurs terroriste recruté dans un collège puis écarté

franceinfo
Côte-d'Or : comment la mise en examen d'un enseignant dans un dossier terroriste a pu échapper au rectorat

Il avait pris ses fonctions mardi 12 septembre au matin, mais il a été écarté le soir même. La mission d'un intervenant extérieur, recruté pour "remplacer rapidement" un professeur d'anglais, a pris fin précipitamment au collège Jacques-Mercusot de Sombernon, près de Dijon (Côte-d'Or), car son dossier administratif n'était pas "complet". Cette raison officielle a été confirmée à franceinfo, mercredi, par le rectorat de l'académie. Mais une source judiciaire a affirmé à franceinfo que cet homme était mis en examen, le 2 juin, et placé sous contrôle judiciaire pour association de malfaiteurs en relation avec une entreprise terroriste, confirmant une information du Bien public (article pour abonnés).

Dans son édition de mercredi, le quotidien régional précise que ce trentenaire a été interpellé en juin par les policiers de la Brigade de recherche et d'intervention (BRI) de Bordeaux, dans le cadre d'une enquête sur une filière jihadiste qui envisageait de rejoindre les combattants du groupe Etat islamique en Syrie.

"Il s'est retrouvé face à une classe mardi matin"

En juin, des quotidiens du Sud-Ouest avaient rapporté l'arrestation de cet homme devant le collège Sainte-Marie de Casteljaloux (Lot-et-Garonne). Le professeur d'anglais y était arrivé le matin même et devait assurer "un remplacement d'un mois", avait précisé à l'époque Le Républicain. L'homme avait déjà effectué deux remplacements de quelques semaines au collège Saint-Jean de Tonneins, dans le même département. Il avait constitué un dossier administratif et fourni au rectorat un extrait de son casier judiciaire, avait précisé le collège Saint-Jean à Sud-Ouest. Son dossier avait été "validé car il ne comportait aucun doute".

A Sombernon, le remplaçant remercié a eu le temps d'enseigner. "Il (...) Lire la suite sur Francetv info

Disparition de Maëlys : les parents de la fillette ont été reçus par les juges d'instruction
VIDEO. Un comprimé fera-t-il oublier à Emmanuelle l'attentat de Nice ?
Affaire Grégory : l'avocat de Marcel Jacob le dit "au bord du gouffre", et demande la modification de son contrôle judiciaire
Paris : contrôlée pour consommation de stupéfiants, les policiers découvrent plus de 3 millions d'euros en liquide
Meurtre de Sarah Halimi : le suspect peut être jugé devant une cour d'assises, selon l'expertise psychiatrique

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages