Côte d'Ivoire: un projet d'hôtel près d'une réserve naturelle d'Abidjan fait polémique

L’ affaire a enflammé les réseaux sociaux ivoiriens mercredi, quelques jours après la COP15 d’Abidjan. Un article annonçant la construction d’un hôtel gigantesque sur le site d’une petite réserve située dans l’est d’Abidjan a suscité une véritable levée de bouclier. Lancée mercredi matin, une pétition en ligne contre la destruction de cette réserve de « Dahliafleur », atteignait les 10 000 signataires en fin de journée. En réalité si un projet d’hôtel existe bien, il ne menacerait pas la réserve, assurent les autorités.

Avec notre correspondant à Abidjan, Pierre Pinto

Tout est parti de l’article d’un site internet sur un projet de complexe hôtelier d’un millier de chambres sur la réserve de Dahliafleur, 148 hectares de nature protégés dans la commune de Bingerville. Toute la journée sur les réseaux sociaux les internautes se sont indignés.

Contacté par RFI, l’Office ivoirien des parcs et réserves nuance. « Il n’y a pas de projet d’hôtel sur la réserve. Dahliafleur est toujours une réserve. Pour changer son statut il faudrait d’ailleurs passer devant l’Assemblée nationale. Et on ne peut pas construire un hôtel de 1 000 places sur une réserve », rassure encore l’OIPR.

Devant le tollé, en fin de journée, le ministère du Tourisme a publié un communiqué dans lequel il reconnait un projet « qui vise essentiellement la mise en valeur touristique du site en y intégrant intelligemment des modules écologiques qui contribueront à donner une vie à la Réserve et à la protéger de la pression urbaine. »


Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles