Côte d'Ivoire: une plateforme et un numéro vert pour lutter contre la corruption

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·1 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

La lutte contre la corruption a été officiellement placée comme l’une des priorités du 3e mandat du président Alassane Ouattara. Le porte-parole du gouvernement a annoncé cette semaine, la mise en place d’un nouvel outil. Une plateforme informatique et un numéro vert pour dénoncer tout acte de corruption dans l’administration public.
Toutefois à ce jour, les données ne montrent pas d’amélioration dans la perception qu’ont les citoyens du niveau de corruption dans le pays.

Avec notre correspondant à Abidjan, François Hume-Ferkatadji

Une plateforme dénommée Spacia (spacia.gouv.ci) et un numéro vert ont été mis en place pour « recueillir les dénonciations, les signalements ou alertes des cas de corruption, et de procéder à leur traitement ». En cas de faits concordants ou d’infraction avérée, la Spacia sera habilitée à saisir les autorités compétentes. La plateforme est déjà opérationnelle.

Yaya Traore, membre de l’association « La Côte d’Ivoire sans corruption », salue la démarche, mais se demande toutefois si les signalements seront effectivement suivi de sanctions, et si les usagers pourront se sentir libre d’utiliser cette plateforme, « sans avoir peur » dit-il.

Selon les derniers rapports de Transparency International et de la Banque mondiale, la corruption fait perdre chaque année à la Côte d’Ivoire 1 000 milliards 300 millions de francs CFA. Dans le dernier index de l’ONG de lutte contre la corruption qui porte sur l’année 2021, la Côte d'Ivoire est classée 105e sur 180 pays. Elle était 104e l’année précédente.

Selon une étude de l'Institut national des statistiques (INS) de Côte d'Ivoire, les secteurs les plus exposés à la corruption sont la santé, la justice, la construction et la douane. Le cabinet de conseil KPMG a été chargé de mené une étude pour évaluer les systèmes d’intégrité dans ces quatre administrations publiques.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles