Côte d'Ivoire: les partis se rapprochent en vue des législatives

·2 min de lecture

Ouverte lundi, la période de dépôt des candidatures en vue des élections législatives prévues pour mars prochain s’achèvera le 20 janvier. L’opposition reste encore prudente sur sa stratégie en vue de ces élections, mais les partis ont chacun montré leur sérieuse intention d’y participer.

Avec notre correspondant à Abidjan, François Hume-Ferkatadji

Le jour de l’ouverture de la période de dépôt de candidature, un rapprochement inédit s’est opéré entre les deux branches du Front populaire ivoirien, divisées depuis le départ de l’ancien président Laurent Gbagbo.

Rapprochement des frères ennemis

Le secrétaire général du FPI-GOR, Assoa Adou, a rencontré dimanche le président du FPI-légal, fraîchement sorti de détention, Pascal Affi N’Guessan. Selon un membre de ce courant, il s’agit d’une « visite de solidarité et de compassion à l’initiative du président Gbgabo à la suite de la libération d’Affi N’Guessan ». Les deux courants se livraient pourtant une bataille fratricide depuis plusieurs années. Ce rapprochement pourrait donc être le signe d’une volonté de réconciliation en vue des législatives où l’opposition a montré son intention de partir en rangs serrés.

Au PDCI, on ne cache pas non plus sa volonté de remporter la majorité des sièges au dépend du RHDP, même si cela passe par la désignation de candidats uniques, dont certains seraient issus d’autres partis de la coalition de l’opposition.

Le dépôt des candidatures, circonscription par circonscription, va permettre d’y voir plus clair sur la répartition des candidats entre les partis d’opposition et l'avancée de ces négociations internes, même si la période de dépôt, qui s’achève le 20 janvier, est considérée comme « très étriquée » par le secrétaire exécutif provisoire du PDCI, Niamkey Koffi.

Du côté du pouvoir, le RHDP pourra se targuer du soutien du RACI, pourtant anciennement dévoué à l’opposant Guillaume Soro, l’ex-Premier ministre toujours en exil. Pour rappel, chaque candidat doit avoir plus de 25 ans et être en mesure d’apporter une caution de 100 000 francs CFA.

►À lire aussi : Dialogue en Côte d’Ivoire: pas d’accord formel, mais des législatives en mars prochain