Côte d'Ivoire – Hamed Bakayoko : « Il est parti trop tôt »

Par Le Point Afrique
·1 min de lecture
La mort d'Hamed Bakayoko, pilier du régime d’Alassane Ouattara, a provoqué une onde de choc dans le pays et bien au-delà.
La mort d'Hamed Bakayoko, pilier du régime d’Alassane Ouattara, a provoqué une onde de choc dans le pays et bien au-delà.

Les réactions se succèdent depuis l'annonce de la mort du Premier ministre de Côte d'Ivoire. Hamed Bakayoko est mort mercredi 10 mars à l'âge de 56 ans dans un hôpital de la ville de Fribourg en Allemagne des suites d'un cancer, huit mois après le décès de son prédécesseur, Amadou Gon Coulibaly. Après plusieurs jours de rumeurs depuis son évacuation à Paris à son transfert en Allemagne, le président Alassane Ouattara a rapidement confirmé la triste nouvelle dès mercredi soir. « Je rends hommage au Premier ministre Hamed Bakayoko, mon fils et proche collaborateur, trop tôt arraché à notre affection », a déclaré le chef de l'État dans communiqué lu à la télévision publique RTI. Il a servi la Côte d'Ivoire « avec dévouement et abnégation, c'était un grand homme d'État, un modèle pour notre jeunesse, une personnalité d'une grande générosité et d'une loyauté exemplaire », a-t-il ajouté.

À LIRE AUSSICôte d'Ivoire : le Premier ministre Hamed Bakayoko est mort

La Côte d'Ivoire entre choc et condoléances

Hamed Bakayoko, surnommé « HamBak » par les Ivoiriens, qui était également ministre de la Défense, avait été évacué en France le 18 février par avion spécial pour « raisons de santé », avant d'être transféré dans un hôpital en Allemagne le week-end dernier, au moment où se tenaient les élections législatives dans son pays. Malgré son absence, il a été très largement réélu député dans son fief de Séguéla (nord). Avant son départ pour Paris, cet homme de forte carru [...] Lire la suite