Côte d'Ivoire : le dialogue suspendu à la libération des opposants

Par Le Point Afrique
·1 min de lecture
L'ancien président, Henri Konan Bédié, a décidé de suspendre le dialogue entamé avec l'actuel chef de l'État, Alassane Ouattara, récément réélu pour un troisième mandat controversé. 
L'ancien président, Henri Konan Bédié, a décidé de suspendre le dialogue entamé avec l'actuel chef de l'État, Alassane Ouattara, récément réélu pour un troisième mandat controversé.

Alors que les Ivoiriens enterraient leurs morts de la crise électorale et attendaient patiemment que se concrétise le dialogue politique amorcé par les présidents Alassane Ouattara et Henri Konan Bédié, une semaine plus tôt, vendredi 20 novembre, l'ancien chef de l'État et patron du Parti démocratique de Côte d'Ivoire (PDCI) a créé la surprise en stoppant net les négociations.

L'ancien chef de l'État et principal interlocuteur du pouvoir en sa qualité de président du Conseil national de transition a posé comme conditions la libération des opposants détenus et le retour de ceux qui sont à l'étranger. « J'ai suspendu ce dialogue, jusqu'à ce que nos frères soient libérés », a-t-il déclaré dans un communiqué, faisant référence aux leaders de l'opposition tels que Maurice Guikahué, vice-président du PDCI, mais aussi Pascal Affi N'Guessan, président du FPI, toujours derrière les barreaux.

Lire aussi Emmanuel Macron a félicité le président ivoirien pour sa réélection controversée

Un bras de fer loin d'être terminé

Depuis, les réactions s'enchaînent et le parti au pouvoir, le Rassemblement des Houphouëtistes pour la démocratie et la paix (RHDP), est monté au créneau dimanche, en invitant « l'opposition à cesser de ruser avec la paix, car dans cette crise, rien ne peut s'obtenir par la force ou par la violence », a notamment affirmé son porte-parole Kobenan Adjoumani, également ministre de l'Agriculture. « Pourquoi avoir accepté de rencontrer le président Alassane Ouat [...] Lire la suite