Côte d'Ivoire : le dialogue politique encore suspendu

Par Le Point Afrique
·1 min de lecture
Le Premier ministre ivoirien Hamed Bakayoko s’est réjoui mardi de la qualité des échanges et du consensus autour des élections législatives en mars 2021. 
Le Premier ministre ivoirien Hamed Bakayoko s’est réjoui mardi de la qualité des échanges et du consensus autour des élections législatives en mars 2021.

Comme beaucoup le craignent depuis le début du dialogue entamé à Abidjan, la semaine dernière, entre le pouvoir et quelques partis d'opposition, pour décrisper le climat politique, les négociations se sont soldées mardi soir par une nouvelle suspension, sans qu'aucun accord ne soit conclu. Seule avancée notable : la tenue des élections législatives en mars prochain.

Lire aussi Côte d'Ivoire : la crise électorale en six points

Quels sont les points d'achoppement ?

« Nous n'avons signé aucun document », a tenu à clarifier Armand Ouégnin, président d'Ensemble pour la démocratie et la souveraineté (EDS), une plateforme dont le référent politique est Laurent Gbagbo. « Il est évident que certains l'ont fait, mais, nous, nous ne l'avons pas fait », car « nous avons reçu la mouture finale en début d'après-midi et nous avons dit que nous réservons notre signature après des éclairages sur certains points », a-t-il indiqué.

En effet, des blocages persistent sur la libération des leaders politiques emprisonnés après l'élection présidentielle du 31 octobre, du retour des exilés, notamment l'ex-président Laurent Gbagbo, et de la recomposition de la commission électorale, que l'opposition juge déséquilibrée en faveur du pouvoir, a expliqué à l'AFP un responsable de l'opposition sous couvert d'anonymat.

Il faut rappeler que les violences électorales liées à la présidentielle, boycottée par l'opposition qui a appelé à une campagne de désobéissance civile, ont fait 85 morts et 5 [...] Lire la suite