Côte d'Ivoire : « La crise en Ukraine nous a donné des idées »

Le ministre ivoirien de l'Agriculture, Kobenan Kouassi Adjoumani.  - Credit:DR
Le ministre ivoirien de l'Agriculture, Kobenan Kouassi Adjoumani. - Credit:DR

Avec la pandémie de Covid-19, la crise climatique et la guerre en Ukraine, la souveraineté alimentaire pour les pays africains est devenue une priorité. En Côte d'Ivoire, le gouvernement multiplie les initiatives pour non seulement trouver des moyens de nourrir les populations grâce à de nouveaux modèles agricoles plus adaptés, mais aussi offrir de meilleurs revenus aux agriculteurs. Au cœur de ces questions se joue l'avenir de l'agriculture ivoirienne, un secteur clé qui représente jusqu'à 22 % du PIB. Jusqu'ici reconnue pour produire du café, du cacao, de l'hévéa, soit des cultures dites de rente, désormais la Côte d'Ivoire veut accélérer sa diversification agricole et s'orienter vers des productions locales. Un changement de paradigme qui intervient au moment où le pays doit également répondre aux nouveaux défis posés par l'embargo européen sur les produits de la déforestation, dont le cacao. Kobenan Kouassi Adjoumani, ministre de l'Agriculture, était de passage à Paris à l'occasion du Salon de l'agriculture. Pour Le Point Afrique, il revient sur les enjeux actuels autour de la souveraineté alimentaire, des impacts de la guerre en Ukraine, des nouvelles directives européennes ou encore de l'avenir du cacao dont son pays est le premier producteur mondial.

Le Point Afrique : Le continent africain continue de subir des difficultés persistantes, notamment alimentaires, sur fond de guerre en Ukraine. Où en est la Côte d'Ivoire ?

Kobenan Kouassi Adjoumani : Le [...] Lire la suite