Côte d'Ivoire: Abobo, une commune en deuil après la mort d'Hamed Bayayoko

·1 min de lecture

Le Premier ministre Hamed Bakayoko est décédé en Allemagne ce mercredi. Il avait 56 ans et était à son poste depuis près de huit mois. Il a succombé à un cancer foudroyant. À Abobo, c’est la stupéfaction et la tristesse qui domine, alors que le Premier ministre avait emporté la mairie en 2018.

Avec notre envoyé spécial à la mairie d'Abobo, François Mazet

Dans cette grande enceinte, on vient de célébrer un mariage. Il y a des personnes qui discutent, des élèves massés devant la grille. Alors que les boulevards alentours connaissent leur tumulte habituel. Et là tout le monde a sur le bout des lèvres le nom d’Hamed Bakayoko. Employés municipaux, policiers, badauds ou administrés, ils assurent que celui-ci était extrêmement populaire, qu’il avait beaucoup fait pour la commune, sur la sécurité ou l’insertion sociale des jeunes, notamment.

Ils confirment au plus près le portrait d’un homme - portrait brossé depuis mercredi soir - d’une personnalité bienveillante, empathique, généreuse… Et ils espèrent que les habitants d’Abobo seront associés aux cérémonies officielles à venir.

►À lire aussi : Portrait - Hamed Bakayoko, disparition d'un charismatique pilier de la politique ivoirienne

Pris en exemple par les jeunes

On l’a entendu dans les hommages, beaucoup de jeunes s’identifiaient à ce Premier ministre. Son parcours est mis en avant : ses origines populaires, son élévation sociale à force de travail et puis il faisait aussi rêver les gens par son charisme, sa proximité avec le monde de la musique, les sportifs… Et enfin, surtout, il parlait à tout le monde, voyait tout le monde… Et dans un pays encore souvent divisé, cela lui permettait de ressortir d’une classe politique bien souvent discréditée aux yeux de la population.