Côte d'Ivoire: à Abidjan, un mal étrange frappe les chevaux

Depuis deux ou trois semaines, on observe une mortalité anormalement élevée dans des centres équestres de la capitale économique ivoirienne. Une vingtaine d’animaux ont succombé à une mystérieuse maladie.

Avec notre correspondant à Abidjan, Pierre Pinto

Tout commence il y a un peu plus de deux semaines. Les services vétérinaires sont alertés que 23 chevaux sont morts dans deux centres équestres des communes de Port-Bouet et de Koumassi. D’autres sont malades.

De quoi souffrent-ils ? Mystère. Mais face aux symptômes (paralysie des postérieurs, fièvres et signes nerveux) les vétérinaires pensent à deux maladies virales en particulier : la maladie de West Nile et la maladie de la vallée du Rift. Deux zoonoses qui peuvent dans certains cas contaminer l’homme.

Des prélèvements sont alors effectués et envoyés dans deux laboratoires à l’étranger pour y être analysés. L’un de ces laboratoires vient de rendre ses conclusions. Selon lui, il ne s’agit pas de ces maladies. L’autre laboratoire doit encore se prononcer.

Pour éviter la propagation éventuelle de cette maladie mystérieuse à d’autres animaux, bovins ou ovins notamment, et en attendant d’en savoir plus sur la nature du mal, des mesures conservatoires ont été prises par le ministère des Ressources animales et halieutiques : les centres équestres d’Abidjan sont fermés au public, les chevaux ont interdiction d’en sortir. Une grande opération de désinfection de ces lieux est prévue pour les tout prochains jours. Et les compétitions hippiques ou rassemblements de chevaux sont interdits jusqu’à nouvel ordre.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles