Côte d’Ivoire: le village de Pepressou pleure l’ex-président Henri Konan Bédié en toute tradition

La cérémonie d’inhumation de l’ancien président ivoirien Henri Konan Bédié se tient samedi 1er juin, dans son village à Pepressou, près de Daoukro dans le centre-est de la Côte d'Ivoire. Alors que les habitants s’apprêtent à faire leurs adieux au Sphinx de Daoukro, les coutumes issues d’une lignée de chef traditionnels « Baoulé » prennent toute leur place pendant les préparations aux obsèques. Car Henri Konan Bédié était aussi considéré comme un chef traditionnel.

Avec notre envoyé spécial à Pepressou, Abdoul Aziz Diallo

Au rythme des battements des tam-tam, plusieurs femmes du village de Pepressou chantent et esquissent des pas de danse. Une façon pour elles de noyer la tristesse qui envahit la localité depuis le décès, il y a 10 mois, de son fils le plus illustre, Henri Konan Bédié. Le N’dolé, c’est le nom à cette danse, effectuée notamment après le décès d’un chef.

« Moi-même, mon époux est chef, je connais ce qu’est la tradition, explique Akoma Apoline, venue d’Abidjan pour prendre part à cette cérémonie. Au Sud, nous aussi on fait cela, j’ai vu la dame qui était en train de danser et je suis aussi venue me mettre auprès d’elle, pour la soutenir et pleurer avec ces femmes-là. Parce que Bédié a aussi œuvré pour moi, il m’a aidé et je suis devenue comme sa fille. »


Lire la suite sur RFI