La Côte d’Ivoire transforme 1,4 milliard d’euros de dette en don

·1 min de lecture
Abidjan, en accord avec la France, va flécher cette somme en priorité vers le développement de secteurs clés comme l'emploi des jeunes, l'agriculture, le transport, etc.
Abidjan, en accord avec la France, va flécher cette somme en priorité vers le développement de secteurs clés comme l'emploi des jeunes, l'agriculture, le transport, etc.

Les négociations étaient en cours depuis plusieurs mois. À Paris, Adama Coulibaly, le ministre ivoirien de l?Économie et des Finances, et son homologue français, Bruno Le Maire, ont donc finalement signé un contrat de désendettement et de développement en faveur de la Côte d?Ivoire. C?est la troisième fois que la France et le pays d?Afrique de l?Ouest signent un tel accord, dont l?objectif est de transformer une partie des dettes ivoiriennes en subventions à son propre bénéfice, pour 1,14 milliard d?euros, soit 751 milliards de francs CFA.

Le premier contrat de désendettement et de développement avait été adopté en 2012, au moment de l?accession du président Ouattara au pouvoir, et le deuxième en 2014, pour un montant cumulé des trois contrats de quelque 2,9 milliards d?euros entre Paris et Yamoussoukro. Cette mesure, entérinée mercredi par les deux ministres, vise « à mobiliser, au niveau tant bilatéral que multilatéral, les financements nécessaires aux besoins des pays en développement, en particulier en Afrique », indique le ministère français dans un communiqué.

À LIRE AUSSIAfrique : « La perception du risque est en train de changer »

Une bulle d?oxygène

Le contrat de désendettement et de développement, ou C2D, est un outil consistant pour un État pauvre et endetté à voir le remboursement de sa dette issue de l?aide publique au développement transformée en subventions à son propre bénéfice.

Concrètement, la Côte d'Ivoire va rembourser une partie de sa dette [...] Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles