Côte d’Ivoire: les tout premiers résultats annoncés par la CEI

·5 min de lecture

Sept millions et demi d’électeurs ivoiriens étaient appelés, samedi 6 mars, à élire leurs députés. 254 sièges sont à pourvoir. Le 255e est en jeu ultérieurement, après le décès d’une candidate suppléante. Il s’agissait des premières élections depuis dix ans à rassembler les partis des trois principaux leaders de la vie politique ivoirienne. Après une présidentielle marquée par des violences politiques et le boycott de l’opposition, ces élections se sont déroulées dans le calme. On attend maintenant les résultats, la CEI a commencé à en délivrer cette nuit.

Avec notre correspondante à Abidjan, Pierre Pinto

Dans la nuit de samedi à ce dimanche 7 mars, en effet, la Commission électorale indépendante (CEI) a donné les tout premiers résultats officiels, au compte-goutte, puisqu’ils ne concernent que trois circonscriptions sur les 204 en jeu samedi.

Pour le moment, les résultats provisoire d’une centaine de circonscriptions ont été annoncés.

Ainsi à Adzopé, le secrétaire général de la présidence, Patrick Achi, candidat RHDP, l’emporte avec 69% des voix.

À Ferkessedougou-commune, dans le nord du pays, c’est aussi le candidat RHDP Koné Lassina qui l’emporte avec 79% des suffrages.

Troisième résultat donné cette nuit par la CEI, celui de la circonscription de M’bengue, dans l’extrême nord du pays où un seul candidat était en lice. 100% des voix donc pour le RHDP Ali Kader Coulibaly.

D'autres résultats ont suivi. La CEI annonce ainsi l’élection d’Hamed Bakayoko à Séguéla malgré son absence - le Premier ministre est actuellement hospitalisé en France depuis le 18 février. Adama Bictogo, le directeur exécutif du RHDP, est déclaré élu à Agboville, ainsi que le directeur de cabinet d’Alassane Ouattara, Fidèle Sarassoro, à Sinématiali.

Plusieurs ministres ont aussi été déclarés vainqueurs dans leur circonscriptions respectives. C’est le cas de Bruno Koné, Mariatou Koné, Anne Ouloto, Paulin Danho ou Aka Aouele. Le ministre Moussa Dosso est battu à Mankono par un candidat indépendant.

La CEI déclare aussi vainqueur la liste emmenée par le ministre du Commerce Souleymane Diarrassouba à Yamoussoukro-commune réputée jusque-là fief du PDCI. Le parti au pouvoir remporte aussi les sièges des communes de Treichville, Koumassi et Attécoubé à Abidjan et de Grand Bassam.

Pour l’opposition, l’ancien ministre Jean-Louis Billon, figure du PDCI, l’emporte à Dabakala. Un doublé dans l’ouest pour les pro-Gbagbo. L’ancien ministre du Travail de Laurent Gbagbo, Hubert Oulaye, est élu à Guiglo sous-préfecture. Et son ancien collègue de la fonction publique Emile Guirieoulou devient député de Guiglo-commune. À noter encore parmi tous ces résultats, la victoire à Tiassale du maire sans étiquette de la ville, Antoine Assalé Tiémoko.

Le PDCI déçu par la participation

C’est tout, pour l’instant, côté résultats officiels. La CEI avait annoncé une reprise de la publication ce dimanche après-midi. Des résultats provisoires puisque, rappelons-le, ils sont susceptibles de recours devant le Conseil constitutionnel.

Pour le moment les états-majors politiques restent assez discrets sur le scrutin d’hier, surveillant de près la compilation et la consolidation des résultats par les commissions électorales locales et centrale. Au PDCI on se dit néanmoins déçu par le niveau de participation dont le chiffre officiel n’a d’ailleurs toujours pas été publié.

« Les gens ne sont pas sortis comme on le souhaitait. Le climat a été plus apaisé que les années précédentes. Il y a eu moins d’incidents mais il y en a eu » nous a résumé le coordinateur pour les élections au sein du PDCI Niamkey Koffi.

Au RHDP, on estime que le scrutin s’est bien passé et s’est déroulé dans le calme, que ces élections inclusives pour la première fois depuis des années, « permettent de voir les forces de chaque parti ».

Pour l’un des porte-parole du RHDP, Mamadou Touré, la participation « devrait se situer dans la fourchette moyenne pour ce type d’élections », même si, là encore, les chiffres sont attendus.

Pour le moment, pas de réactions du côté des pro-Gbagbo d’EDS.

À lire aussi: Législatives en Côte d’Ivoire: un scrutin ouvert avec toutes les grandes formations politiques

Avant même la fin de proclamation des résultats officiels provisoire, le PDCI les conteste…

Tout à l’heure, le coordonateur des élections au PDCI, Niamkey Koffi a donné une conférence de presse au cours de laquelle il a dénoncé « des résultats provisoires émaillés de tricheries, de tripatouillages, de manipulations », ainsi que « des tentatives d'inversion des résultats » dans plusieurs circonscriptions importantes. Le responsable du PDCI a cité les communes de Yopougon où six sièges sont en jeu, d’Abobo 6 sièges également, ou Port Bouët où les deux candidats revendiquent la victoire sur les réseaux sociaux… Il a cité aussi la capitale administrative Yamoussoukro où la CEI attribue la victoire au RHDP, ou encore Agboville où c’est le directeur exécutif du RHDP qui a été déclaré vainqueur, toujours selon ces résultats officiels. Pour Niamkey Koffi, la victoire revient à l’alliance d’opposition PDCI-EDS.

De son côté le parti au pouvoir, le RHDP estime que la victoire lui revient. Et que ces élection inclusives, selon un de ses porte-parole Mamadou Touré, « devraient permettre de consolider nos positions de première forces force politique de Côte d’Ivoire ». Et que l’opposition paye une stratégie devenue inaudible pour les électeurs. L’opposition « bousculée dans un certains nombre de ses bastions ». Avant même la fin de la proclamation par la CEI de ces résultats provisoires, les positions se crispent.

Un geste peu commun

C’est un geste de fairplay, rare en politique ivoirienne. Cela s’est passé dans la circonscription du Plateau, à Abidjan. Le candidat RHDP, Ouattara Dramane, n’a pas attendu l’annonce des résultats pour reconnaitre dès samedi soir sa défaite et féliciter son principal adversaire, le député sortant PDCI, et maire, Jacques Ehouo, dans un message sur les réseaux sociaux.

Un geste peu commun ici, surtout au Plateau, où les municipales de 2018 avaient donné lieu à un bras de fer de deux jours entre Jacques Ehouo et son adversaire RHDP de l’époque Fabrice Sawegnon sur fond d’accusations mutuelles de fraudes. Le geste de Ouattara Dramane est largement commenté de manière positive depuis hier soir.