Côte d’Ivoire: ouverture du festival du film d’animation d’Abidjan

Depuis vendredi 27 mai et jusqu’à ce dimanche 29 mai, se déroule la cinquième édition du festival du film d’animation d’Abidjan. Un secteur de l’animation ivoirienne qui connaît une certaine vitalité économique mais qui, paradoxalement, peine à diffuser ses contenus en Côte d’Ivoire.

Quand on parle de film d’animation à Abidjan, on pense à Afrika Toon. Avec 200 millions de francs CFA de chiffre d’affaires par an, le studio emploie une vingtaine de personnes et a, à son actif, plusieurs séries et longs métrages. Le dernier Samory sort dans les prochains jours.

« Grosses opportunités »

« C’est un nouveau secteur avec de grosses opportunités et une grosse demande des chaînes de télévision parce que ce sont les principaux partenaires, en termes de programmes frais, et on sait que localement, il y a beaucoup de chaînes de télévision, il y a la libéralisation… mais pour l’instant, il y a très peu de programmes locaux qui sont diffusés sur ces chaînes-là. Donc, on continue de discuter avec elles. La RTI a quand même produit, acheté certains de nos programmes mais ce n’est pas suffisant », souligne Abel Kouamé, patron du studio Afrika Toon.

Les chaines nouvellement créées, en Côte d’Ivoire, ont du mal à acheter les contenus d’animation ivoiriens. Comme Afrik Toon, Arobase Studio vend ses séries à l’étranger.

« Il y a des jeunes talentueux en Côte d’Ivoire »

Ce week-end, une vingtaine de films et de séries sont proposés au public, enfants comme adultes à l’Institut français et au Majestic Figayo de Yopougon.


Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles