Côte d’Ivoire: Guillaume Soro en appelle aux forces de défense et de sécurité

·2 min de lecture

L’épreuve de force se poursuit entre le pouvoir ivoirien et son opposition. Mercredi 4 novembre au soir, l’ex-chef rebelle Guillaume Soro, en exil à Paris, a appelé les forces de défense et de sécurité « à agir ». Alors que plusieurs responsables de l’opposition sont en résidence surveillée, il s’est dit prêt à poursuivre la mise en place de la « transition ».

Avec notre envoyé spécial à Abidjan, Laurent Correau

Dans ce discours diffusé sur les réseaux sociaux, Guillaume Soro réaffirme le point de vue de l’opposition sur la vacance du pouvoir présidentiel. Il annonce qu’il est prêt à poursuivre, depuis son exil, la mise en place de la transition. Il en appelle également aux corps constitués et aux forces de défense et de sécurité, à qui il demande d’agir.

« Je demande à vous soldats, sous-officiers, officiers supérieurs et officiers généraux de notre armée, de vous regarder dans le miroir de votre âme et de votre conscience et d'agir pour stopper les tueries, pour préserver notre pays de pogroms, pour préserver la paix et la concorde. Agir pour redonner à notre Constitution ses lettres de noblesse. »

Des propos d'une « extrême gravité »pour le gouvernement

Pour le porte-parole adjoint du gouvernement, Mamadou Touré, ce discours n’est pas acceptable : « Les propos de Guillaume Soro sont d'une extrême gravité. Guillaume Soro s'inscrit dans une logique de sédition. Guillaume Soro est dans une logique de coup d'État, depuis d'ailleurs plusieurs années. Une procédure à son encontre a lieu en Côte d'Ivoire au sujet de ses velléités de déstabilisation. Apparemment, Guillaume Soro n'a pas renoncé. D'ailleurs, nous nous étonnons que ces propos aient pu se tenir sur le territoire français et nous espérons que les autorités françaises réagiront. »

Guillaume Soro, conclut le ministre, ne peut pas continuer à utiliser impunément le territoire français pour déstabiliser la Côte d’Ivoire.

►À lire aussi : Côte d'Ivoire: pour le RHDP, l'opposition a commis un «acte insurrectionnel»